Enfin, le paragraphe sur la possible reprise de l’exploitation componen le fils de Josette néglige la réalité du travail quotidien dans une ferme. Certes, l’ensemble des vieux bâtiments sont bucoliques, adorables, poétiques… Mais ils sont inadaptés aux pratiques actuelles de l’agriculture, et ce même pour de petites exploitations agricoles de montagne. Et je ne parle pas là plusieurs normes qui semblent vous révulser. Je parle de fonctionnalité, de praticité, de gain de temps et d’économie… de sa santé !

Pêle-mêle, je note une confusion entre l’ensemble des termes « pasteurisation » et « stérilisation », entre « élevage hors-sol » (qui peut ¨ºtre effectivement absurde) et « création d’un bâtiment avec une dalle ».

La référence à cette magnifique agriculture montagnarde née au Moyen Âge semble oublier qu’à l’époque l’ensemble des agriculteurs étaient pour une grande partie plusieurs serfs travaillant pour united nations seigneur peu concerné componen l’ensemble des droits et la protection sociale de ses « larbins ».

Je rejoins l’auteur sur le constat en menace de disparition de l’agriculture de montagne. Mais je pense que la principale menace qui pèse sur la ferme de Josette Antoine n’est autre que la mentalité totalement décalée plusieurs citadins apprentis campagnards.

Tags:

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *