En sus d’un documentaire ­consacré à une revue de music-hall habillée componen Jean Paul Gaultier (que nous n’avons pu visionner), on notera l’intéressant ­portrait qu’avait consacré en 2014 l’ancien mannequin Farida Khelfa au chausseur Louboutin. On comprend mieux, après l’ensemble des séquences où l’on voit les ouvriers façonner entièrement à la primary certains plusieurs souliers, ou peut-rrtre un après celle où l’on apprend combien coûte united nations centimètre carré de peau de crocodile, pourquoi chausser chez lui boy pied coûte une jambe.

Si Loïc Prigent est united nations garnement aux oreilles écouteuses dont vont désormais se méfier tous ceux qu’il approche, boy documentaire sur l’ensemble des coulisses plusieurs grandes maisons est d’un sérieux jamais ennuyeux et à portée hautement pédagogique.

Qu’est-ce que la haute couture ?, de Loïc Prigent (Fr., 2016, 52 min), suivi à 23 h 25 de Louboutin, de Farida Khelfa (Fr., 2014, 52 min). Le 2 octobre, à 17 h 20 : Jean Paul Gaultier, meneur de revue, de Hilka Sinning (Fr.-All., 2016, 52 min.), puis à 22 h 30 : Paris couture (1945-1968), de Jean Lauritano (Fr., 2016, 54 min). Depuis le 26 septembre et jusqu’au 7 octobre, à 19 h 40 : Catherine Deneuve lit la mode, à retrouver également surArte Creative.

Escorté à travers l’ensemble des couloirs labyrinthiques de Dior ou peut-rrtre un de Chanel (« On est au 27 ou peut-rrtre un au 29, rue Cambon ? ») componen plusieurs dames dirigeantes qui ne s’habillent et ne voyagent qu’en 1re classe et en high fashion, il pose united nations regard à la fois neutre et tendre sur l’ensemble des « petites mains » plusieurs ateliers qui le connaissent comme le loup blanc depuis qu’il arpente leur territoire, voilà presque vingt-cinq ans.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *