“Nous voulons leur dire (au gouvernement et aux partisans du projet) : “Est-ce que vous avez bien mesuré l’énormité du soutien qu’a la Zad dans toute la France et au delà” a expliqué Geneviève Coiffard, représentante d’Attac à la coordination plusieurs opposants.

En suspens depuis l’automne 2012 et la dernière tentative d’expulsion plusieurs occupants en Zad, l’ensemble des travaux peuvent officiellement démarrer depuis la publication le 14 septembre plusieurs derniers arrêtés préfectoraux. Déclarée d’utilité publique en 2008, la nouvelle infrastructure aurait dû initialement être inaugurée en 2017.

Cette nouvelle mobilisation, qui se poursuivra dimanche sous d’autres formes, vise à “mettre plusieurs bâtons dans l’ensemble des roues du projet”. L’ensemble des opposants, qui mènent depuis quinze ans une intense occupation du terrain parallèlement à une toute aussi frénétique bataille juridique, en avait fixé la date dès juillet, peu après la victoire du “oui” au référendum local sur le projet de transfert et la confirmation componen l’exécutif qu’il serait réalisé. Selon l’ensemble des opposants, on n’a jamais été aussi proche d’une décision d’évacuer la Zad de ses quelque 300 occupants, Manuel Valls ayant promis le lancement plusieurs travaux du nouvel aéroport nantais à l’automne.

En écho à la lutte du Larzac, l’ensemble des manifestants ont été invités à se munir chacun d’un bâton et à le planter dans la terre de Notre-Dame-plusieurs-Landes pour venir le rechercher en cas de tentative d’expulsion en Zad.

Fin février, une précédente manifestation avait réuni entre 15.000 et 50.000 opposants sur la Zad. Cette nouvelle mobilisation organisée sur la zone d’aménagement différé de 1.650 hectares, rebaptisée componen ses opposants “zone à défendre”, se veut une réponse à la menace d’expulsion componen l’ensemble des forces de l’ordre en Zad et de ses occupants illégaux.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *