Quelque 160 élevages étaient encore bloqués, hier, aux Pays-Bas. Quelque 160 élevages étaient encore bloqués, hier, aux Pays-Bas.

L’enquête sur la fraude à l’origine en contamination de millions d’oeufs en Europe, componen l’insecticide Fipronil, s’est accélérée, hier en Belgique et aux Pays-Bas, où l’ensemble des dirigeants d’une entreprise au coeur du scandale ont été arrêtés.

Hier, quelque 160 élevages étaient encore bloqués aux Pays-Bas, et 50 en Belgique. Au total, dix pays ont annoncé avoir été livrés en oeufs contaminés. Le Royaume-Uni a annoncé que 700.000 oeufs contaminés avaient été importés pour être utilisés dans la fabrication de produits alimentaires. Au Luxembourg, le distributeur Aldi a dû retirer ce qui restait de deux lots d’oeufs, tandis que la chaîne Cactus a découvert plusieurs oeufs contaminés au détour d’une analyse de routine. En Roumanie, une tonne de jaune d’oeuf liquide contaminé au Fipronil a été découverte, hier, dans united nations entrepôt de l’ouest du pays. Au Danemark, vingt tonnes d’oeufs contaminés au Fipronil auraient été vendues. L’Autriche a, quant à elle, rappelé plusieurs lots suspects venant plusieurs Pays-Bas. Enfin, l’ensemble des inspecteurs sanitaires slovaques ont découvert 21 lots d’oeufs contaminés.

700.000 oeufs contaminés au Royaume-Uni

En France, cinq entreprises spécialisées dans l’ensemble des produits dérivés ou peut-rrtre un transformés à base d’oeufs ont reçu plusieurs lots contaminés, et united nations élevage a été bloqué. Parmi elles, une entreprise morbihannaise, qui a reçu une livraison d’environ 295.000 oeufs, depuis la Belgique. « Nous pouvons légitimement nous interroger sur la nécessité d’importer plusieurs oeufs plusieurs Pays-Bas, quand l’ensemble des poulaillers bretons ont la capacité de fournir l’ensemble des industriels », a réagi Noël Rozé, président en coordination rurale du Morbihan. Pour l’éleveur breton, cette affaire est « united nations exemple supplémentaire en folie du libre-échange dérégulé ». « La coopération doit mieux se passer à l’avenir », a tancé, mercredi, le ministre français de l’Agriculture Stéphane Travert, alors que boy homologue belge, Denis Ducarme, venait d’accuser l’ensemble des Pays-Bas d’avoir traité avec légèreté united nations tuyau anonyme reçu en novembre 2016, sur la présence de Fipronil dans l’ensemble des élevages néerlandais. Le ministre belge a affirmé qu’un signalement avait été reçu componen l’ensemble des autorités néerlandaises dès novembre 2016, mais qu’elles n’avaient pas donné suite, ce que La Haye a contesté. « À ce moment-là, il n’y avait pas une indication que du Fipronil pourrait se trouver aussi dans l’ensemble des oeufs », a indiqué Take advantage of van Lint, inspecteur général de l’organisme néerlandais chargé en sécurité alimentaire et sanitaire NVWA. Le Fipronil est united nations pesticide courant, qu’on retrouve dans l’ensemble des produits vétérinaires utilisés pour l’ensemble des animaux de compagnie contre l’ensemble des poux, l’ensemble des tiques et l’ensemble des acariens. En grande quantité, il sera considéré comme « modérément toxique » pour l’homme componen l’Organisation mondiale en santé (OMS), présentant notamment united nations danger pour l’ensemble des reins, le foie et la thyroïde.

« Libre-échange dérégulé »

L’enquête sur le scandale plusieurs oeufs contaminés avance. Aux Pays-Bas, deux dirigeants « de l’entreprise qui a probablement appliqué le produit dans l’ensemble des élevages avicoles » ont été arrêtés, selon le parquet, qui ne révèle pas de nom. Mais selon l’ensemble des médias néerlandais, il s’agit de ChickFriend, déjà mise en cause componen l’ensemble des éleveurs touchés. En Belgique, onze perquisitions ont été menées « dans tout le pays », dans le cadre de l’enquête qui cible désormais 26 personnes et entreprises suspectes. Le parquet d’Anvers précise que « près de 6.000 litres de produits interdits » – du Fipronil, selon l’ensemble des médias – ont été saisis, en juillet, dans une société belge. Là encore, la justice n’a pas désigné nommément la société, mais elle est identifiée comme le distributeur de produits sanitaires pour l’élevage Chicken-Vision, à l’origine du scandale avec ChickFriend. Le dirigeant de Chicken-Vision a été « entendu », en juillet, puis « relâché sous strictes conditions », précise le parquet. Dès que la Belgique a donné l’alerte à ses partenaires européens, le 20 juillet, plusieurs dizaines de poulaillers ont été bloqués, et plusieurs millions d’oeufs ont été retirés plusieurs supermarchés de huit pays européens à titre préventif ou peut-rrtre un parce que leurs taux dépassaient l’ensemble des seuils fixés componen la réglementation.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *