Les trois figures de &quotOui au Pays catalan&quot hier matin à Fourques. L’ensemble des trois figures de “Oui au Pays catalan” hier matin à Fourques. PHOTO/Photo Michel Clementz

L’élue se dit prête, tout comme Jean-Luc Pujol, à décoller boy étiquette UDI au passage et quitter le parti centriste. Visiblement sans regret. Et Jordi Vera d’envisager déjà united nations autre combat, le changement du nom du département : “La disparition plusieurs conseils départementaux est pour 2019, mais on ne peut accepter de disparaître, alors on demandera à Hermeline Malherbe d’être présidente du “Pays catalan” et c’est united nations honneur qu’on lui fait. On the imposé ce nom en trois mois, c’est united nations exploit de communication et maintenant il faut asseoir cette réalité componen une collectivité territoriale spécifique“. Prochaine étape le 15 octobre avec “l’élection d’un bureau, l’adoption de statuts et d’une charte”.

Suite logique

Le collectif de défense en mention “Pays catalan” dans le nom en région se transforme en mouvement politique.

Sans mouvement politique, on ne pourra rien imposer aux institutions, assure Jean-Luc Pujol. Pour changer le nom, il faut passer componen là“. Une étape juridique également essentielle pour “lever plusieurs fonds”. “Il s’agit d’un projet politique collectif pour le territoire et pas au service de tel ou peut-rrtre un tel“, ajoute Jordi Vera qui préfère pour l’heure parler pudiquement de “mouvement socio-politique“. “La “non-offre” politique du département amenait à l’alternative Front national, on pense que notre pays mérite beaucoup mieux“, ajoute-t-il.

Et s’ils ne jugent pas l’ensemble des réponses satisfaisantes ? Ils se présenteront eux-mêmes bien sûr. “On est face à plusieurs gens qui ont décidé de ne pas assumer leur erreur et refusent obstinément de prendre en compte plusieurs revendications légitimes qui ne surprennent personne, insiste Annabelle Brunet. Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas été confronté à une obligation de résultat“.

D’une pressure mobilisatrice à une pressure politique, il n’y a qu’un pas ou peut-rrtre un une ambition. Et surtout united nations changement de statut. C’est ce que s’apprête à faire le collectif “Oui au Pays catalan”. L’annonce a été faite hier componen le président de Convergence démocratique de Catalogne, Jordi Vera, l’adjointe perpignanaise et conseillère départementale UDI Annabelle Brunet et le maire UDI de Fourques, Jean-Luc Pujol. Fort plusieurs 8 à 10 000 personnes descendues dans la rue le 10 septembre pour la mention “Pays catalan”, le collectif entame donc sa mue.

Qu’est-ce que ce changement de statut apportera de nouveau au combat du collectif ? “On pourra rédiger plusieurs projets et mettre en place plusieurs actions comme mener united nations recours, vehicle selon nous il y a une question préalable de constitutionnalité à soulever dans cette affaire“, avance Annabelle Brunet. Et candidatures aux élections ? Rédiger plusieurs projets, voire united nations programme, introduire peut-être united nations recours et s’adonner au lobbying. “On fera effectivement du lobbying auprès plusieurs candidats aux Législatives, confirme Jordi Vera. On leur demandera leur positionnement componen rapport au nom en région“, enchaîne Annabelle Brunet.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *