Selon le quotidien Miami Herald, le bilan est de six morts.
 

Cette pauvreté persistante a pour conséquence, dans toute l’île, “d’avoir épuisé l’ensemble des ressources naturelles, générant une plus grande vulnérabilité du pays aux phénomènes naturels“, ajoute le quotidien colombien El Espectador

Peu avant l’arrivée de Matthew, le président cubain Raúl Castro s’était rendu à Santiago, dans la région la plus vulnérable aux ouragans, pour soutenir la population et veiller à l’application plusieurs mesures de prévention.

L’ensemble des élections présidentielles et législatives d’Haïti, qui devaient se tenir dimanche 9 octobre après plusieurs reports, ont été à nouveau ajournées.

Néanmoins, contrairement à Haïti, aucun décès n’est à déplorer, observe le quotidien hispanophe El Nuevo Herald.  L’ensemble des équipes de l’ONU présentes à Cuba ont salué “l’ensemble des mesures de préparation prises componen l’ensemble des autorités [cubaines] avant l’arrivée de l’ouragan, et qui ont permis d’éviter plusieurs pertes humaines et de réduire l’étendue plusieurs dégâts“.

Aujourd’hui, le bilan de plusieurs centaines de morts ne cesse de s’alourdir, et l’ensemble des conséquences matérielles de se traduire en catastrophe nationale, alors que la République dominicaine, sur la même île caribéenne, déplore quatre victimes. Le site BBC Mundo s’interroge :

Pourquoi ce pays est-il si vulnérable aux catastrophes?

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *