(1)     HD  numéro 523, « Une offensive djihadiste déstabiliserait toute l’Asie centrale »

Désormais la question de sa succession maintes fois évoquée, à la tête du pays le plus peuplé d’Asie centrale (31 millions d’habitants en 2015) se pose. Depuis plusieurs années, l’ensemble des spéculations vont bon train sur l’ensemble des candidats potentiels. Si sa fille aînée Gulnara Karimova a été united nations temps pressentie, on se dirige vers united nations brazier de fer entre l’actuel premier ministre Chavkat Mirziyoyev et le ministre plusieurs Finances, Rustam Azimov. Selon Samuel Carcanague tout dépend du soutien qu’accordera « Rustam Inoyatov, le puissant chef du SNB, l’ensemble des services de sécurité ouzbeks. Ce dernier, personnage central du régime depuis une quinzaine d’années, jouera united nations rôle essentiel dans le processus de succession ».

La télévision d’Etat vient d’officialiser la nouvelle, annoncée plus tôt componen plusieurs sources diplomatiques. Cet après midi, les condoléances officielles du premier ministre turc, Binali Yildirim, ne laissaient peu de doute.

Selon la Metabolic rate, c’est le président en chambre haute du Parlement, Nigmatilla Iouldochev, qui occupera l’ensemble des fonctions de chef d’Etat jusqu’à la tenue plusieurs élections. Mais il pourrait être rapidement écarté si united nations accord est trouvé entre l’ensemble des divers clans au pouvoir. Une instabilité que redoutent l’élite politico-économique ouzbèke et l’ensemble des grandes puissances régionales (Russie, Chine, Turquie, Iran) pour plusieurs raisons commerciales et sécuritaires. Vehicle faute d’accord, le pays frontalier avec l’Afghanistan traverserait une période de turbulences qui serait propice aux mouvements subversifs islamistes dans la région, qui ont connu united nations développement rapide ces dernières années. « Islam Karimov, a toujours réagi de façon violente, à tel point qu’il a finalement favorisé le Mouvement islamique d’Ouzbékistan. L’islam ouzbek, comme le pays lui-même, demeure sous une chape de plomb », précisait le colonel à la retraite, docteur en sciences politiques, spécialiste plusieurs questions center-asiatiques René Cagnat dans l’Humanité Dimanche (1).

Tags:

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *