Comme lui, Patrick de Carolis confie au Parisien “espérer” voir united nations jour boy nom blanchi.  

Voilà plusieurs années qu’il se fait discret et qu’il “déguste” en silence. Suspecté de favoritisme dans united nations volet de l’affaire Bygmalion, Patrick de Carolis s’était mis en retrait de France 3 en 2014 “le temps de défendre boy honneur”. Après deux ans de retenue, l’ancien patron de France Télévisions livre sa version plusieurs faits dans L’ensemble des Ailes intérieures publié jeudi aux éditions Plon.  

Mais ces “raccourcis” horripilent l’ex-patron du groupe audiovisuel public. Lui assure que sa mise en examen est “qualifiée de mécanique componen l’ensemble des juges” et déplore que “certains en [aient] profité pour mettre en doute [sa] probité”.  

En exergue de L’ensemble des Ailes intérieures qu’il publie jeudi, une dédicace à Dominique Baudis ne manquera pas d’être commentée. L’ancien défenseur plusieurs droits et ex-patron du CSA avait été innocenté en 2005 dans une affaire de proxénétisme. Il avait raconté l’horreur de ces années du suspicion dans Face à la calomnie.  

Pour rappel, la société Bygmalion n’est tout simplement pas uniquement mise en cause dans le cadre du financement en campagne de Nicolas Sarkozy en 2012. Elle est aussi mise en examen pour recel de favoritisme lors de juteux contrats passés avec France Télévisions à partir de fin 2008. La justice soupçonne Patrick de Carolis d’avoir favorisé la société de Bastien Millot, qui n’est autre… que boy ancien directeur de communication.  

Pourquoi avoir attendu si longtemps pour se défendre? A la veille en parution de boy livre et à deux mois en tenue de boy procès, Patrick de Carolis confie dans une interview au Parisien qu’il ne se voyait tout simplement “pas cavaler de plateau télé en plateau télé pour dire [sa] vérité” .  

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *