Aligné seul en pointe par Danny Blind, Janssen, 22 ans, s’est montré intéressant lors des deux premiers matchs des Pays-Bas dans ces éliminatoires. Après avoir concédé un nul face à la Suède (1-1), les Oranje l’ont emporté facilement face à la Biélorussie (4-1), avec notamment un doublé de l’ailier droit Quincy Promes, 24 ans et joueur du Spartak Moscou, attendu lui aussi comme le sauveur de la nation. Le latéral droit du Feyenoord Rotterdam, Rick Karsdorp, 21 ans, est également à classer au rang des pépites de cette sélection.  

LIRE AUSSI >> Gameiro et Griezmann: avec les “GG”, les Bleus ont de la gueule 

“La fédération est engluée dans des querelles internes depuis plusieurs mois, c’est une catastrophe, et cela est évidemment néfaste pour la sélection”, avance à L’Express l’ancien attaquant international néerlandais Johnny Rep, passé notamment par l’Ajax Amsterdam et Saint-Etienne, pour tenter d’expliquer la crise traversée par les Pays-Bas. “Les décisions prises par la fédération sont contestables, comme la nomination en août 2014 de Guus Hiddink au poste de sélectionneur, à la place de Louis van Gaal parti à Manchester United”, poursuit-il. Ce changement a clairement marqué le début des ennuis pour les Pays-Bas. 

Mais pour Danny Blind, cette rencontre face aux Bleus arrive au meilleur moment pour évaluer le potentiel de ses ouailles, et estimer les chances pour qu’une rencontre entre la France et les Pays-Bas puisse de nouveau être considérée comme un choc entre deux cadors européens. 

Mais si ces jeunes sont prometteurs, ils manquent encore cruellement de références au plus haut niveau. Janssen cire le banc depuis le début de la saison à Tottenham, où il signé lors du dernier mercato en provenance de l’AZ Alkmaar, Promes évolue depuis trois saisons au Spartak Moscou, et Karsdorp porte les couleurs du Feyenoord Rotterdam. Il leur logiquement un peu de temps pour s’affirmer, ce que ne peut leur offrir la sélection, lancée dans la course au Mondial.  

Mais depuis leur troisième place décrochée lors du Mondial brésilien, les Oranje ne font quasiment plus peur à personne, la faute à une campagne d’éliminatoires pour l’Euro totalement ratée. Méconnaissables, ils ont échoué à se qualifier, en terminant à la quatrième place de leur groupe derrière la Turquie, l’Islande et la République Tchèque. Un échec vécu comme un traumatisme pour une sélection qui n’avait plus manqué un championnat d’Europe depuis 1984, déjà en France. 

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *