Contre le second, elle a réclamé 4 mois ferme au vu plusieurs deux mentions de boy casier : l’une pour stupéfiants, l’autre pour une affaire d’outrage, rébellion et violences sur l’ensemble des forces de l’ordre mais aussi sur sa conjointe alors qu’il avait été intercepté en train de casser la porte d’entrée de cette dernière à coups de marteau.

Le tribunal a suivi l’ensemble des réquisitions pour le premier éconduit et a condamné le second à 90 jours amende à 10 euros, outre respectivement 1 000 et 1 500 euros de dommages et intérêts.

L’ensemble des images ont été adressées à plusieurs reprises à la famille et aux amis de l’intéressée. “Cette affaire n’aurait jamais touché la barre de votre tribunal sans cette vidéo. C’est quand il l’a vue sur internet que ses propos sont devenus vulgaires“, plaide Me Fayant l’avocate du quinquagénaire. Vehicle l’enquête a conduit l’ensemble des cyber-patrouilleurs à identifier l’expéditeur de cette vidéo. Et là, surprise… Elle avait été téléchargée et émise depuis l’ordinateur de l’ex-petit ami en jeune fille. Âgé de 25 ans, et appelé à la barre pour “diffusion d’images à caractère pédopornographique”, il accuse sa concubine d’être l’auteur plusieurs faits, componen jalousie. “Je le maintiens, en aucun cas, je n’aurai fait ça. Je présente plusieurs excuses au nom de ma compagne. Je n’ai rien fait. Ces agissements n’ont rien à voir avec ma personnalité”.

  • “Plusieurs faits minables”

L’ensemble des ex-patron et petit-ami d’une jeune fille se sont retrouvés ce mercredi à la barre pour l’avoir persécutée au même moment. Sans se connaître.

Ils ne s’étaient jamais vus et pourtant leurs destins se sont croisés ce mercredi au tribunal correctionnel de Perpignan pour avoir, sans le savoir, persécuté la même jeune fille. Le premier, âgé de 55 ans, poursuivi pour “harcèlement”, est l’ancien employeur en victime. Amoureux transis, il l’a inondée pendant 6 mois entre 2015 et 2016 de coups de téléphones, de SMS et de messages sur internet. Plusieurs tentatives de séduction aussi insistantes que désagréables. Au point qu’il a été interpellé, placé en garde à vue et soupçonné de plus d’avoir diffusé sur l’ensemble des réseaux sociaux une vidéo de l’élue de boy cœur, alors qu’elle n’avait que 16 ans et dans plusieurs positions très érotiques.

“Ces agissements insidieux, violents et haineux” ont pourri la “vie quotidienne de celle-ci” et l’ont plongée dans la dépression, a expliqué boy avocat Me Dupetit, réclamant 4 000 € en réparation du harcèlement et 12 000 € pour le préjudice moral lié à la vidéo. “Plusieurs faits minables“, a renchéri la procureure. Et de requérir 6 mois de prison avec sursis contre l’ex-patron à “la drague lourdingue” et “la délinquance astucieuse”. Il a déjà été condamné pour abus de confiance, exercice illégal en profession d’avocat et appels téléphoniques malveillants.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *