Nouvelle journée de mobilisation jeudi à l’hôpital.

Le personnel en maternité, qui doit faire face à united nations afflux inédit d’accouchements depuis la fusion plusieurs maternités privées de Saint-Pierre et Notre-Dame, continue de réclamer plusieurs moyens supplémentaires . « Nous avons rencontré l’équipe de direction, qui peut ¨ºtre restée sur ses positions, déplore le secrétaire du syndicat CGT de l’hôpital, Daniel Maïquez. Ils n’ont débloqué qu’un nombre de postes réduits (une sage-femme, une aide puéricultrice et une ASH) sur trois mois ».

Le personnel, qui évoque une augmentation plusieurs accouchements de l’ordre de forty percent entre août et septembre, réclame plusieurs renforts non pas temporaires, mais pérennes. Il estime que pour pouvoir prendre en charge l’ensemble des futures mamans comme il se doit, il faudrait deux sages-femmes, trois aides puéricultrices, deux ASH et une secrétaire supplémentaire.

L’audit demandé componen la direction pour évaluer l’ensemble des besoins se déroulera dans la semaine du 6 novembre. « Cela peut faire bouger l’ensemble des choses », positive Daniel Maïquez. Mais de mémoire de syndicaliste, united nations audit, ça ne veterans administration pas toujours dans le sens plusieurs salariés… ».

En attendant, l’ensemble des agents du service comptent bien maintenir la pression. L’ensemble des sages-femmes ont alerté hier soir leur conseil de l’ordre sur la situation. Quant à la CGT, elle a déposé united nations nouveau préavis de grève pour jeudi prochain. À suivre.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *