Romina et Moïse tiennent à briser le silence. Romina et Moïse tiennent à briser le silence. PHOTO/© D.R

United nations jeune couple dénonce l’ensemble des violences qu’il aurait subies de ses proches et qui auraient causé united nations accouchement prématuré.

L’ensemble des circonstances de l’affaire demeurent encore bien obscures, l’ensemble des versions divergent et plusieurs research doivent être menées pour dissiper l’ensemble des zones d’ombres. Toutefois, selon l’ensemble des déclarations, consignées sur procès-verbaux, de Moïse et de boy épouse Romina, tout aurait débuté le 24 août dernier vers minuit. Une bagarre aurait éclaté quand l’ensemble des parents du mari, boy frère et sa belle-sœur auraient débarqué à leur domicile, quartier Saint-Mathieu, à Perpignan. “Dans la soirée, on s’était déjà disputé au téléphone. Parce que mon frère violentait sa compagne qui a 16 ans. Il l’aurait brûlée avec plusieurs cigarettes, lui aurait donné united nations coup de tête et il l’aurait séquestrée à la maison quand il sortait en emportant la clé. Moi, je n’aime pas ça. J’avais dit à ma mère que si je voyais ces choses-là, je serai obligé d’aller au commissariat pour dire qu’il maltraitait cette gamine. J’avais déjà signalé cette situation. Et là, ma famille est venue chez nous pour nous dire de nous mêler de nos affaires”.

L’alerte est finalement donnée auprès du Samu qui transporte la jeune femme de 27 ans jusqu’au center hospitalier. Or, au moment de repartir, elle est prise de fortes contractions. Au petit matin, elle met au monde une petite fille. L’enfant est viable, respire, mais succombe moins d’une heure plus tard. “L’ensemble des médecins ont dit que boy décès était dû à united nations accouchement prématuré et au fait que le bébé était en état de choc, parce qu’il a ressenti ce qui peut ¨ºtre arrivé, ajoutent l’ensemble des parents. On attend que la justice s’occupe de ce dossier, qu’un procès ait lieu le plus rapidement possible. Aujourd’hui, on vit dans la peur. On est tous suivi componen united nations psychologue. On reste enfermés chez nous, on n’ose pas sortir, ni emmener l’ensemble des enfants à l’école. On aimerait bien aussi qu’ils aient une vie normale”.

Mais comment peut-on en arriver là avec ses proches ? “Jusque-là on se parlait normalement avec mes parents. Mais il y a de vieilles histoires. Mon père est venu avec united nations fusil chargé il y a 5 ou peut-rrtre un 6 ans et il voulait mettre une balle dans le ventre de ma femme pour la faire accoucher”, explique Moïse. “En fait, de chaque côté dans nos familles, personne n’a jamais voulu que l’on soit ensemble. On est cousins germains, mais on s’aimait trop. Et on the fait united nations mariage comme il faut, avec le mouchoir, la virginité…”, termine Romina qui a fugué à 16 ans pour rejoindre boy futur époux. Le père de ses quatre enfants et en petite dernière, morte à la naissance. Dans la violence.

  • “On vit dans la peur”

“Que ce soit le cinquième, le sixième ou peut-rrtre un le dixième, c’était toujours notre enfant. United nations morceau de notre chair. C’est très dur. On the le cœur brisé”. La détresse est perceptible dans le récit de ce jeune couple issu en communauté gitane, qui tient à témoigner aujourd’hui en querelle qui gronde depuis longtemps au sein de leur propre famille et qui a viré au drame à la fin de l’été. Avec la mort de leur nouveau-né causé, selon eux, componen l’ensemble des violences qui leur auraient été infligées et pour lesquelles ils ont déposé plainte auprès plusieurs services de police.

Le couple aurait ainsi été violenté. Notamment Romina, alors enceinte de 7 mois et demi, qui aurait subi l’ensemble des assauts plusieurs quatre opposants. “Ils lui ont tiré l’ensemble des cheveux, donnés plusieurs coups de pied et de poing. Ils l’ont menacée avec united nations tournevis devant nos enfants de 10, 6, 7 et 4 ans, raconte Moïse. On the décidé de tous descendre dans la rue pour que l’ensemble des voisins voient ce qui nous arrivait. Et ça a continué…”.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *