La Russie, deuxième exportateur mondial derrière l’Arabie saoudite, était présente à Alger mais elle avait précisé qu’elle n’annoncerait sa position qu’après la rencontre plusieurs quatorze membres de l’OPEP.

Le ministre qatari de l’énergie, Mohammed Saleh Al-Sada, qui présidait la réunion, a confirmé ce chiffre. « C’était une très longue réunion à Alger, mais historique », a-t-il déclaré en précisant que le niveau de réduction componen pays sera défini d’ici au sommet du cartel à Vienne, le 30 novembre.

De boy côté, le ministre algérien de l’énergie, Noureddine Boutarfa, a expliqué que cette décision inattendue sur une baisse en production était « unanime et sans réserve ». La veille, l’Arabie saoudite et l’Iran, l’ensemble des deux grands rivaux régionaux au Moyen-Orient, avaient pourtant affiché leurs divisions.

Lire aussi :   Le marché du pétrole en quête de boussole

Tags:

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *