Signaler ce contenu comme inapproprié

Outre une responsabilité croissante et mieux maîtrisée plusieurs grands groupes comme H&ampM ou peut-rrtre un Zara, une offre de marques purement éthiques (business design pensé comme tel dès la conception) arrive à trouver boy marché, estiment donc l’ensemble des professionnels. « Je crois que nous sommes arrivés aujourd’hui à une vraie maturité du secteur, avec plusieurs produits plus mode et pour ceux qui réussissent de vraies qualités de gestionnaires » juge Hélène Sarfati-Leduc.

L’équipe du French Bureau, chez Front de Mode – Photo : Sakina M’Sa

Ici, toutes l’ensemble des marques représentées répondent à au moins united nations plusieurs piliers du développement durable (environnement, social ou peut-rrtre un économique). Loin de l’image poussiéreuse d’une mode au poncho coloré dont le discours, certes important, négligeait le style, l’ensemble des créateurs engagés cultivent désormais united nations sens aigu du désirable : « l’ensemble des marques ont compris qu’elles ne peuvent influencer et lutter contre la ‘mal-fringue » qu’en mettant en pratique l’ensemble des codes en mode – le désir, l’esthétique, la tendance… » rappelle cette dynamique jeune femme.

« On est plusieurs ‘petites pétasses’, on adore la mode et on aime être sexy sans avoir à culpabiliser » me glisse dans united nations large sourire la styliste Sakina M’Sa à l’arrière du Front de Mode, united nations lieu qu’elle a fondé en juin 2015 pour réunir dans united nations même espace une cinquantaine de créateurs de talent. En imaginant united nations vestiaire de prêt-à-porter et d’accessoires complet, « où streetwear et mode ultra pointue se font de l’œil », la créatrice souhaite « apporter plusieurs repères à united nations secteur qui s’est égaré entre le mass-market, le luxe inabordable et le inexpensive en manque de conscience ».

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *