Même s’il passe le plus souvent sa vie devant l’ensemble des caméras, on oublie qu’il l’ensemble des a aussi maîtrisées en tant que réalisateur. On lui doit notamment Le Viager, avec Michel Serrault et Galabru, united nations film qui remporte united nations gros succès populaire. Il multiplie l’ensemble des casquettes : scénariste sur Le Petit Baigneur, avec Louis de Funès dans le rôle-titre, acteur dans La Guerre plusieurs boutons, Signé Furax, L’Enfance de l’art… Toujours de petits rôles, mais qui suffisent à boy bonheur. « Mon meilleur souvenir, disait-il lorsqu’était venu le temps d’écrire ses mémoires, c’est d’avoir eu l’occasion de faire plusieurs films. Rien n’est plus bouleversant que le moment où on est sur united nations plateau… »

Comme beaucoup à une certaine époque, Pierre Tchernia est entré dans le métier united nations peu componen hasard, et beaucoup componen curiosité. Il rêvait de scène, de théâtre, le monde du spectacle le fascinait. Il fit logiquement l’ensemble des beaux jours en petite lucarne, ce small-cinéma qui s’invitait soudain chez l’habitant après la Seconde Guerre mondiale, le téléviseur de grand-papa, « un meuble à miracles qui apportait la vie », comme le résumait si bien l’artiste.

Il sera parti « dans la sérénité », selon boy agent Artmedia. Dans la nuit de vendredi à samedi, Pierre Tchernia est mort près plusieurs siens, une triste nouvelle confirmée de manière bouleversante componen boy fils Antoine auprès de l’AFP : « L’état de santé de papa s’est dégradé il y a 8 jours, il sera mort à 3 heures du matin dans nos brazier. » Pendant près de soixante ans, « Monsieur Cinéma » a promené sa bonhomie et sa bonne humeur dans l’ensemble des couloirs et l’ensemble des plateaux en télévision française, depuis l’ensemble des premiers journaux plusieurs années 50 jusqu’à l’émission L’ensemble des Enfants en télé, animée componen Arthur. Avec toujours cette enunciation parfaite, cette élégance dans le propos et le costume qui lui donnait l’assurance d’un banquier toujours prêt à faire discrètement le tour d’un établissement dont il connaissait tous l’ensemble des arcanes et tous l’ensemble des recoins.

Personne à l’époque n’aurait parié united nations franc sur cet outil de luxe scruté seulement componen 3 000 privilégiés. Le téléviseur coûtait une fortune, l’ensemble des techniques étaient balbutiantes… En 1949, le jeune Tchernia, venu en radio, est embarqué dans l’aventure avec une joyeuse bande d’intrépides et de créatifs : Pierre Dumayet, Jacques Sallebert, Georges de Caunes – le père de l’animateur Antoine… Sous la houlette de Pierre Sabbagh, ils créent le premier journal télévisé sans moyens, mais avec beaucoup d’audace et d’esprit. Une époque épique où ils travaillent pendant longtemps avec plusieurs caméras 16 mm muettes d’amateurs, une jeep à bout de souffle qu’on daigne leur accorder pour traverser Paris, improvisant plusieurs commentaires, courant plus après l’argent que le scoop, pour boucler plusieurs fins de mois toujours difficiles, allant même jusqu’à utiliser du débouche-évier pour développer l’ensemble des films… « On ne pensait pas à l’importance que la télévision pourrait prendre plus tard, a reconnu Pierre Tchernia. On était trop heureux de s’amuser, même si on travaillait dans plusieurs conditions insensées ! »

Dans l’ensemble des années 90, la télé le rappelle : il endosse une nouvelle fois boy costume respectable de patriarche du petit écran pour intégrer la fine équipe plusieurs Enfants en télé, au côté du trublion Arthur. Une seconde jeunesse où il dit « retrouver ses 30 ans » avec l’impression de jouer « les prolongations », lui qui a toujours eu la hantise de décrocher. Au moment même où il brille une dernière fois sur l’ensemble des plateaux, il incarne le dernier plusieurs Mohicans, le pionnier d’une époque révolue, celle où on employait le subjonctif imparfait en présentant plusieurs jeux où il n’y avait pas grand-chose à gagner, sinon l’honneur d’y avoir participé. Avant de tirer sa révérence en 2006, Pierre Tchernia avait eu ce dernier mot sur la télévision : « Ce que je souhaite simplement, c’est qu’en se multipliant l’ensemble des chaînes ne s’abêtissent pas trop… »

Dès lors, sa carrière s’emballe aussi rapidement que l’engouement pour le petit écran dans l’ensemble des foyers. Il anime plusieurs émissions, dont La Clé plusieurs champsLa Boîte à sel, et boy esprit satirique devient le copain plusieurs gamins grâce à L’Ami public numéro united nations, où l’on diffuse plusieurs extraits de films de Wally Disney. Puis il présente le concours de l’Eurovision, avant de s’imposer dans boy meilleur rôle, celui de Monsieur Cinéma. Pendant plusieurs années, Pierre Tchernia veterans administration ainsi décrypter l’actualité cinématographique avec united nations style très british, recevant plusieurs invités prestigieux tout en mettant gentiment sur le gril plusieurs candidats à travers plusieurs questions sur plusieurs films célèbres… United nations décor blanc, une table ronde, deux micros, et le tour est joué ! Magic Tchernia fait boy show et interviewe, entre deux extraits, l’ensemble des plus grandes vedettes du cinéma – on ne parlait pas encore de stars : Jean-Paul Belmondo, Jeanne Moreau, Jean Carmet, Jacques Dutronc, Jean-Louis Trintignant… À peu près tous ont défilé pour évoquer leur carrière et égrener leurs souvenirs sur pellicule.

Tags:

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *