C’était le 25 mars dernier. Ce soir-là, sur la pelouse de l’Amsterdam ArenA, l’ensemble des Bleus entamaient victorieusement (3-2) la dernière ligne droite de leur préparation de l’Euro 2016. Une affiche de prestige contre une équipe plusieurs Pays-Bas privée, elle, en fête européenne. Près de sept mois plus tard, l’ensemble des deux formations se retrouvent avec, cette fois, le même objectif : valider leur ticket pour le Mondial 2018.

En sera-t-il de même pour le onze de départ ? On reprend l’ensemble des mêmes et on recommence ? « C’est une solution, tranche, dans united nations sourire taquin, le technicien français. L’objectif, je le répète, c’est d’avoir la volonté de jouer à notre niveau. » Autrement dit, l’ensemble des Bleus doivent s’appuyer sur une pressure de frappe offensive ayant fait ses preuves durant l’Euro et aiguisée componen le tonitruant retour aux affaires de Gameiro dont le numéro de duettistes avec Griezmann est une nouvelle arme dans l’arsenal tricolore.

Pays-Bas – France

Mais Hugo Lloris et ses partenaires devront se montrer moins perméables. Vendredi soir, le capitaine avait insisté sur la nécessité de « resserrer l’ensemble des lignes », de se montrer « plus concentré » dès l’entame aux Pays-Bas. Une nécessité, effectivement, face à une équipe néerlandaise qui rêve de reconquête.

Certes, Hugo Lloris a justement rappelé que « le statut de vice-champion d’Europe ne garantissant en rien » la présence plusieurs Bleus en Russie dans deux ans. Mais cette équipe de France a united nations standing à défendre et, surtout, elle a tout intérêt à prendre ses distances avec boy principal rival avant de recevoir la Suède le 11 novembre. Pour y parvenir, Deschamps espère voir ses troupes « répéter le contenu de vendredi, trois jours plus tard, contre une équipe au profil différent. Le haut niveau c’est la continuité ».

Rassurés componen le récital offensif réalisé face à une faible équipe bulgare, l’ensemble des Français vont affronter united nations adversaire d’un tout autre calibre. « C’est vrai qu’elle est rajeunie, relève le sélectionneur tricolore, mais elle reste dans la grande tradition plusieurs équipes néerlandaises : portée vers united nations jeu offensif. Elle aime avoir le ballon et elle possède plusieurs joueurs capables de créer le danger à tout moment. »

Une campagne de Russie que Français et Néerlandais ont débuté de manière identique : united nations nul pour commencer puis une démonstration offensive, vendredi, face aux Bulgares pour l’ensemble des Bleus (4-1) et aux Biélorusses pour l’ensemble des Oranje (4-1). Du coup, le rendez-vous de ce lundi présente (déjà) toutes l’ensemble des caractéristiques d’un véritable tournant. « C’est united nations match important mais pas décisif, tranche Didier Deschamps. Derrière, il en restera sept autres, mais c’est évidemment importantpuisque la France et l’ensemble des Pays-Bas sont, sur le papier, l’ensemble des deux principaux candidats à la qualification directe. »

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *