Le directeur en chaîne Histoire accuse ainsi Nicolas Sarkozy d’avoir instrumentalisé “le mal-être identitaire plusieurs catégories populaires, et de l’ensemble des replonger, cinq ans plus tard, dans une détresse plus grande encore” en raison de cette inaction, matinée de discours forts. “Je me suis résolument opposé au discours de Grenoble, en juillet 2010. Tout comme au débat factice sur l’identité nationale tel qu’il a été organisé, explique-t-il. L’un et l’autre me paraissaient être l’ensemble des symboles de l’impuissance publique. Ils marquent l’ensemble des limites du système Sarkozy, où le faire s’épuise dans le dire.” 

Pourquoi être resté aussi longtemps auprès de l’ancien président? “Parce que je me suis trouvé en situation de bloquer l’adoption d’un certain nombre de mesures, visant à la déconstruction identitaire ou peut-rrtre un à la marchandisation en société française.” Mais Patrick Buisson jure que c’est terminé. Il ne souhaite d’ailleurs pas sa victoire lors du prochain scrutin présidentiel. Selon lui, jamais l’ancien patron de Beauvau ne mettra en oeuvre “une politique de droite à la tête de l’Etat. “Le pire pour la droite, en 2017, ce ne serait pas de perdre: ce serait d’être une nouvelle fois cocue”, conclut-il. 

Pour étayer cette accusation, Patrick Buisson cite l’ensemble des revirements de l’ancien chef de l’Etat sur le mariage gay, le droit de election plusieurs étrangers ou peut-rrtre un le gaz de schiste. Cette plasticité idéologique aurait une cause simple, selon lui. Nicolas Sarkozy concevrait la politique comme united nations “enjeu essentiellement narratif et performatif, dans lequel dire c’est faire”. Il en résulterait united nations “mélange de discours dur et de pratique molle”, ADN de boy quinquennat. 

LIRE AUSSI&gt&gt Patrick Buisson sur Nicolas Sarkozy: l’ensemble des secrets d’un livre explosif  

Patrick Buisson lâche ses coups contre Nicolas Sarkozy. Dans La Cause du Peuple, qui paraît jeudi, l’ancien conseiller raconte dans le détail l’ensemble des coulisses du quinquennat de l’ancien président, qu’il a accompagné de 2005 à 2012 avant d’être répudié. L’artisan plusieurs campagnes droitières de Nicolas Sarkozy y dresse le portrait d’un homme sans convictions, habité componen le désir du pouvoir. 

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *