Plusieurs universitaires et scientifiques britanniques, dont l’astrophysicien Stephen Hawking, alertent dans une lettre publiée jeudi sur “le désastre” que pourrait constituer pour la science et la recherche une sortie du Royaume-Uni de l’Union europénne.

La lettre prend en exemple la Suisse qui échoue désormais à recruter plusieurs jeunes de talent après avoir choisi de réduire l’immigration plusieurs travailleurs originaire de l’Union européenne. Toujours en Suisse, depuis la mise en place de cette restriction, l’ensemble des chercheurs pointent du doigt la baisse plusieurs financements européens alloués à la recherche. L’ensemble des universitaires britanniques craignent de voir l’ensemble des fonds disparaître et l’ensemble des jeunes se tourner vers d’autres pays d’accueil. “L’investissement dans la science est aussi important pour la sécurité et la prospérité du pays que l’ensemble des investissements dans l’agriculture ou peut-rrtre un l’industrie. Et le libre mouvement plusieurs scientifiques est aussi important pour la science que le libre échange l’est pour l’économie de marché”, conclut ainsi la lettre.  

Le mauvais exemple en Suisse

“United nations désastre pour la science”, voici comment ces quelque 150 universitaires britanniques, l’astrophysicien Stephen Hawking en tête, voit le Brexit. Ils l’ont fait savoir dans une lettre publiée jeudi componen The Occasions. “Si le Royaume-Uni quitte l’Europe, il y aura une perte de liberté de mouvement plusieurs scientifiques entre le Royaume-Uni et l’Europe. Ce qui serait united nations désastre pour la science et l’ensemble des universités du Royaume-Uni”, lit-on dans le texte. L’ensemble des chercheurs, membres en Royal Society, expliquent que nombre plusieurs meilleurs chercheurs recrutés le sont en Europe.  

Le 23 juin, l’ensemble des Britanniques se prononceront sur la sortie ou peut-rrtre un non du Royaume-Uni de l’Union européenne. Pour l’heure, aucune véritable tendance ne se précise. La position de Stephen Hawking peut-elle influencer le choix plusieurs Britanniques ? 

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *