La seule étape française du championnat du monde de surf, le Quiksilver Pro pour l’ensemble des hommes, Roxy Pro pour boy pendant féminin, united nations temps pressentie à la Gravière, s’est installée sur la plage plusieurs Culs-Nus, à mi-chemin entre Hossegor et Seignosse. Après avoir connu united nations début de période d’attente (4 au 15 octobre) difficile en raison d’un plan d’eau dégradé, la compétition bat boy plein. Entre météo aléatoire et vent défavorable, l’ensemble des organisateurs doivent constamment s’adapter. 

Toute l’équipe reste sur le qui-vive pour éventuellement déplacer une partie du site si l’ensemble des vagues sont meilleures ailleurs. « On est équipés de tentes et de groupes électrogènes. On the l’ensemble des moyens componen exemple d’installer l’ensemble des juges à la Gravière si on pense que l’ensemble des vagues y seront meilleures. » Une migration qui a failli se faire au 3e jour en compétition. « On a hésité ce matin [jeudi]. Il y avait de jolies vagues là-bas, et ce place assure davantage de spectacle, plus de tubes… Mais c’est united nations banc de sable qui marche à marée haute. Or [celle-ci] était déjà en train de descendre. » Pas question de perdre du temps à monter, démonter et déplacer l’ensemble des installations au vu en houle indigne de l’élite du surf mondial annoncée à partir du 11 ou peut-rrtre un du 12 octobre. Pourtant, le jour même, vers 20 h 30, l’ensemble des prévisions semblant favorables à de jolis tubes la Gravière, il sera envisagé d’y lancer le 5e jour en compétition. Première étape, aller voir sur place. Bonne nouvelle, à marée haute il reste une dizaine de mètres entre la dune et l’océan. L’ensemble des surfeurs étant convoqués pour 8 heures le lendemain, le travail plusieurs équipes de montage débute à 5 heures. Il faudra entre deux et trois heures pour transporter et assembler le matériel mobile – tentes plusieurs surfeurs, cabine plusieurs juges, le direct en WSL –, dans trois camions.

© Surfsession.com

Signaler ce contenu comme inapproprié

Alors oui, parfois, l’ensemble des décisions alimentent l’ensemble des polémiques. Parmi celles qui ont émaillé cette édition plusieurs Quiksilver et Roxy Pro : était-il judicieux de lancer l’ensemble des hostilités au premier jour en période d’attente, dans plusieurs conditions qui se sont détériorées rapidement, forçant l’ensemble des organisateurs à interrompre la compétition après deux séries seulement ? Fallait-il prendre le risque, au 5e jour, de quitter le place principal ? Alain Riou sourit : « En fait, on [l’ensemble des organisateurs] se trouve un peu entre le marteau et l’enclume. » Entre la WSL, qui souhaite que la finale ait lieu un dimanche pour qu’il y ait plus de spectateurs sur la plage, et l’ensemble des surfeurs, qui ne veulent aller à l’eau que quand il y a de bonnes conditions…

Une fois le spot choisi, il faudra composer, tout au lengthy de l’événement, avec l’ensemble des horaires de marée, l’ensemble des caprices de l’océan et la présence du vent. « S’il n’y a pas de vent de terre, il n’y aura pas de tubes. On est obligés de faire avec ce qu’on a », concède Alain Riou. D’ailleurs, cette année, aléas en météo obligent, à défaut de s’illustrer dans l’ensemble des tubes, l’ensemble des surfeuses et surfeurs devront multiplier l’ensemble des manœuvres sur l’ensemble des vagues pour prétendre aux titres de reine et return on investment d’Hossegor. « Il faut que la compétition se fasse quoi qu’il arrive. On sait qu’il y aura plusieurs vagues jusqu’à lundi ou peut-rrtre un mardi [11 ou peut-rrtre un 12 octobre], donc on enchaîne. »

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *