Le couple jordanien, de confession musulmane, souhaitait minimiser l’ensemble des destructions d’embryons et a pour cette raison choisi d’opter pour l’autre technique, rapporte le New Scientist.

L’embryon ainsi engendré était donc porteur de l’ADN nucléaire plusieurs deux parents et de l’ADN mitochondrial (ADNmt) fonctionnel en donneuse – les rares mitochondries apportées componen le spermatozoïde sont effectivement détruites lors en fécondation, ce qui explique que l’ensemble des maladies mitochondriales sont exclusivement d’origine maternelle.

Ces inconnues ne font pas douter John Zhang, qui s’enorgueillit aussi d’avoir permis à une femme de 49 ans d’enfanter. S’il a procédé à la fécondation au Mexique, a-t-il indiqué au New Scientist, c’est bien parce que là-bas, « il n’y a pas de réglementation ».

Le bébé, united nations garçon, serait le fils d’un couple de Jordaniens qui avait déjà donné naissance à deux petites filles décédées à l’âge de six ans et de huit mois, indique le New Researcher : toutes deux étaient atteintes du syndrome de Leigh, une maladie liée à united nations dysfonctionnement plusieurs mitochondries, de minuscules usines à énergie présentes au cœur plusieurs cellules. La mère était porteuse saine de cette maladie, united nations quart de ses mitochondries étant touchées componen une mutation dans leur ADN.

De plus, l’équipe médicale a sélectionné united nations embryon masculin, afin d’éviter qu’à l’âge adulte il ne transmette la maladie à sa descendance. Pour Sian Harding, qui a procédé à l’examen éthique en procédure approuvée au Royaume-Uni, cette approche est « aussi bonne ou peut-rrtre un même meilleure que ce que nous ferions ici », indique l’hebdomadaire.

Selon le New Researcher, sur cinq embryons créés en sorte, united nations seul s’est développé « normalement » est a pu être réimplanté dans la mère, qui a ensuite connu une grossesse normale. L’équipe new-yorkaise a procédé à cette procédure de fécondation in vitro et d’insémination au Mexique, vehicle elle est interdite aux Etats-Unis.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *