L’homme voulait aussi parler avec François Bayrou, boy “grand frère” en politique, vieux routier désormais plusieurs campagnes présidentielles puisqu’il en totalise 3. Après avoir distillé quelques phrases douces amères à l’égard de boy soutien à Alain Juppé, qu’il ne voit pas gagner, Jean Lassalle lance que “rien ne m’empêchera de rejoindre François Bayrou en décembre, quand il en aura fini avec Juppé”.

Le voilà seul, face à une nouvelle marche, plus longue encore ver le printemps 2017, sans parti, troupes ni argent. Mais espérant qu’en démocratie, united nations simple citoyen puisse accéder à la magistrature suprême.

Comme l’histoire du berger qui criait trop au loup, on allait finir componen ne plus y croire. Mais l’Aspois Jean Lassalle doit connaître l’histoire et il a fini componen rompre le faux suspense qu’il avait depuis 15 jours, savamment entretenu. “Oui, je suis candidat à l’élection présidentielle”, confie-t-il ce jeudi à nos confrères de “La République plusieurs Pyrénées”, ancrant peut-être sa candidature dans le local, en tout cas “avec humilité et enthousiasme”, comme il le dit. A plusieurs reprises, il avait lâché le mot, au micro Public Sénat, puis de France Bleu Pays basque, avant de se rattraper, insistant sur le fait qu’il essayait d’abord de voir comment réagirait le pays. Et puis, là il se jette à l’eau

En attendant, il confirme ce qu’il avait infirmé la veille, à savoir une mise en congé volontaire du Modem, sans parler de rupture. Quant à sa motivation, comme il l’avait déjà confié plus tôt, elle vient en marche de 2013 qui lui a fait rencontrer plusieurs dizaines d’hommes et de femmes, dont il voudrait porter le témoignage.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *