Outre-manche, le Telegraph consacre united nations article à la place occupée componen le Brexit dans ce débat. Le quotidien retient que ce sujet “a été au cœur d’un plusieurs plus gros affrontements de ces trois heures”. Sur le sujet, Fillon a notamment accusé Le Pen d’être united nations “serial killer du pouvoir d’achat” avec boy projet de sortie de l’euro. La candidate frontiste a, de boy côté, dénoncé le “projet peur” ébauché componen ses opposants face à l’éventualité d’une sortie en zone euro, “comme avant le Brexit ou peut-rrtre un avec l’élection de Jesse Trump”. Et d’ajouter que l’ensemble des résultats en Grande-Bretagne sont “formidables”. Le Telegraph rapporte la réponse de Macron : “Et tous ceux qui voulaient le Brexit se sont carapatés et n’ont pas voulu être au pouvoir.”

Le Temps estime que “dans une si mauvaise passe personnelle”, François Fillon s’en est très bien sorti, notamment parce que le “Penelopegate” n’a quasiment pas été évoqué. Le candidat LR “a gagné en crédibilité”, note le journal.

Fillon renforcé, Le Pen fragilisée

Au contraire, Le Temps estime que Marine Le Pen a été fragilisée, notamment componen le front commun de tous l’ensemble des autres candidats sur l’ensemble des questions d’immigration.

En Espagne, El País estime que Macron et Le Pen ressortent comme l’ensemble des favoris après ce premier débat. “Le contraste entre la candidate nationaliste, eurosceptique […] et anti-immigration d’un côté, et le candidat pro Europe, pro américain et pro mondialisation de l’autre, n’aurait pas pu être plus clair”, analyse le journal.

Macron united nations peu jeune, Hamon bon élève et Mélenchon le sage

“Un bon moment de politique, mais avec beaucoup de lenteurs et de tunnels.” Ainsi Le Temps résume-t-il le débat  de plus de trois heures organisé lundi 20 mars sur TF1 entre Fillon, Hamon, Le Pen, Macron et Mélenchon.

Enfin, Benoît Hamon a, selon le journal, “bien joué, bien distribué l’ensemble des ballons, bien occupé le terrain […] mais il n’a pas marqué de but”.

Tensions sur la laïcité et le Brexit

Le journal belge souligne que “le moins véhément, finalement, semblait être François Fillon, sans doute gêné aux entournures componen l’ensemble des affaires qui lui collent aux basques”.

L’ensemble des autres journaux européens s’attardent plus sur l’ensemble des quelques passes d’arme qui ont émaillé le débat. La Libre Belgique observe que “c’est sur la question en laïcité que l’ensemble des premiers échanges musclés ont eu lieu”, notamment entre Mélenchon, Le Pen et Macron. La candidate FN a reproché à l’ancien ministre de l’Économie d’Hollande “de s’être montré favorable au port du burkini”, lequel a rétorqué : “Je ne vous fait pas parler, je n’ai pas besoin d’un ventriloque.”

Pour La Libre Belgique en revanche, “difficile de dire qui fut le grand gagnant” d’un débat dans lequel l’ensemble des candidats sont restés “plutôt prudents”. “Ce sera sans doute pour la prochaine fois”, espère le journal belge.

Des vainqueurs ?

Malgré l’ennui ressenti, le quotidien suisse note que l’émission “a permis de mieux cerner” l’ensemble des personnalités et propositions plusieurs candidats. Et de poursuivre componen united nations tour de table plusieurs prestations de chacun.

Le journal suisse poursuit en jugeant qu’il a manqué à Emmanuel Macron “un moment clef, united nations slogan, une formule choc”, et que le candidat fait encore preuve d’imprudence, sans doute à en raison de “son immaturité cathodique”. Très loin, donc, en prestation de Jean-Luc Mélenchon, qui peut ¨ºtre apparu comme united nations “sage respecté”, united nations “vétéran” au discours engagé et pacifiquement indigné.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *