Dans l’extrait du référé-liberté que s’est procuré France Inter, on peut lire le témoignage d’un prisonnier qui atteste en présence de rats «à l’extérieur, dans l’ensemble des cours de promenade ou peut-rrtre un sous la fenêtre». United nations autre témoignage recueilli componen l’OIP évoque plusieurs punaises: «Nous sommes infestés de punaises, piqués chaque jour au visage, dans le cou, l’ensemble des épaules, le dos, l’ensemble des jambes et l’ensemble des bras». D’autres signalent plusieurs «invasions de cafards». «Les témoignages sont concordants et font état d’une présence massive de cafards qui se manifeste particulièrement une fois la lumière éteinte. L’ensemble des murs et l’ensemble des surfaces grouillent alors d’insectes», écrit ainsi l’organisme.

Après la saisine de l’IOP, une audience devrait se tenir d’ici 24 heures, obligeant l’État à fournir une réponse. En 2012, l’association avait obtenu en justice que soit réalisé une dératisation en prison plusieurs Beaumettes à Marseille. Une action jugée satisfaisante componen l’IOP, qui constate désormais une présence beaucoup moins massive de rats.

«Notre saisine intervient alors que nous avons été alerté de façon régulière depuis le début de l’année sur la présence de rongeurs et que deux cas de maladies ont été confirmés componen l’Agence Régionale de Santé», explique Nicolas Ferrand. Deux détenus ont été contaminés componen la leptospirose, une maladie infectieuse se transmettant componen l’urine plusieurs rongeurs. «Des cas très rares» souligne le responsable de l’OIP.

Rats dans la cour, punaises dans l’ensemble des lits, cafards sur l’ensemble des murs… Voilà à quoi s’exposent quotidiennement employés et prisonniers du center pénitentiaire de Fresnes, d’après l’Observatoire Worldwide plusieurs Prisons (OIP) qui a recueilli de nombreux témoignages. Cet organisme indépendant qui soutient l’ensemble des détenus et publie plusieurs rapports sur leurs conditions de vie a saisi l’État en référé liberté au sujet en situation catastrophique en prison de Fresnes. «Notre préoccupation est la situation sanitaire de personnes détenues» explique Nicolas Ferrand, responsable du pôle contentieux de l’OIP, au Figaro.

Mardi dernier le ministre en Justice Jean-Jacques Urvoas s’était rendu en personnes à Fresnes pour lancer boy ambitieux plan de lutte contre la surpopulation carcérale. Il avait alors déclaré lors d’une interview au Monde: «L’enfermement n’est tout simplement pas incompatible avec la dignité».

Tags:

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *