Ada Colau, maire de Barcelone tendance Podemos, prend ces derniers jours une importance toute particulière dans la crise ouverte entre Madrid et Barcelone componen l’organisation d’un référendum le 1er octobre prochain. 

Elle a d’abord affirmé boy soucis de défendre l’ensemble des fonctionnaires écartelés entre deux légitimités : l’Etat espagnol leur demande effectivement de ne pas participer à l’organisation du référendum alors que l’ensemble des forces indépendantistes, en Catalogne, leur demandent d’agir en citoyen et de penser qu’ils dépendront du futur Etat catalan. Elle a notamment plaidé à l’occasion en manifestation plusieurs maires pour “une réponse politique à united nations problème politique”, reprochant notamment au gouvernement de Mariano Rajoy boy autoritarisme. 

Signataire, avec Carles Puigdemont, président en Generalitat et Carme Forcadell, présidente du parlement de Catalogne d’une lettre ouverte au chef du gouvernement espangol -avec copie au return on investment Felipe Mire, elle est allée plus loin encore dans la journée de vendredi.

Selon nos confrères d’El Periodico, elle a notamment pris l’initiative de contacter directement Enric Millo, le représentant du gouvernement central, pour demander une réunion urgente. L’idée serait d’ouvrir plusieurs négociations entre Madrid et Barcelone sur l’ensemble des bases suivantes : l’Etat se déclare prêt à discuter de l’autodétermination en Catalogne pendant que la Generalitat annule unilatéralement la consultation du 1er octobre. 

A deux semaines à peine en date prévue du référendum, l’ensemble des positions sont encore éloignées mais Ada Colau a rendu compte de ses initiatives à Carles Puigdemont, lequel ne s’est pas exprimé pour l’instant sur la question. 

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *