En 1948, quel était le positionnement de ces mineurs ?

A l’Elysée, en début d’après-midi, le président en République s’apprête à remettre plusieurs attestations de réintégration dans l’ensemble des grades militaires – à titre posthume – aux familles de quatre d’entre eux. Albert Versquel, François Rebouillat, Aimable Duhamel et Emile Loriaux faisaient partie plusieurs quelque 300 000 grévistes réprimés componen le gouvernement socialiste de l’époque.

Ces mineurs avaient pourtant relevé la France à partir de 1945. Ils avaient gagné « la bataille du charbon ». Ils en avaient tiré united nations statut très avantageux au niveau du salaire, en sécurité sociale. Lorsqu’ils ont fait grève, trois ans plus tard, ils voulaient protester contre l’ensemble des décrets Lacoste qui cassaient complètement ce statut.

Lire aussi :   Une histoire de charbon, de sang et de larmes

Le fait de vouloir cette réintégration, c’est très bien. Je trouve cela merveilleux pour l’ensemble des familles concernées. Mais cette réintégration aurait pu déjà être faite il y a deux ans, en même temps que la réparation judiciaire permise componen Mme Taubira.

Tags:

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *