«Il y a eu des larmes, forcément. » Dans la voix de Carole Bohanne, militante à Un toit c’est un droit, l’émotion perce. Elle continue : « C’est toujours un moment douloureux de quitter un endroit où on a vécu, surtout après une année aussi riche. » Hier matin, 175 migrants sans-papiers ont quitté les Jardins de la Poterie, à Rennes…

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *