TROIS personnes ont été choisies au hasard pour participer à un essai de «revenu de base» financé par financement participatif.

Les participants recevront chacun 1 000 € / mois pendant un an afin de tester en France l’idée du revenu de base universel (UBI), qui compte de plus en plus de partisans.

L’idée de l’UBI est que tout le monde, indépendamment des autres revenus, devrait recevoir de l’Etat suffisamment d’argent chaque mois pour couvrir les besoins essentiels.

Une association appelée MonRevenuDeBase est à l’origine du nouveau procès, auquel quelque 80 000 personnes se sont inscrites dans toute la France.

Les partisans disent que l’UBI deviendra de plus en plus nécessaire à mesure que les emplois traditionnels à temps plein se raréfient en raison de l’automatisation et de l’intelligence artificielle. Cependant, l’argent n’a pas pour but d’encourager les gens à ne rien faire.

La chercheuse, Suzanne Bellue, qui étudie l’initiative, a déclaré que parmi ceux qui ont donné une raison de participer, on trouve «vouloir reprendre le contrôle de sa vie, voir sa famille davantage et recevoir une formation», alors que seulement 15% ont des réponses purement monétaires telles que “payer les factures” ou “survivre”. Dans un test similaire en Allemagne qui finance actuellement 124 revenus de base, seuls trois bénéficiaires auraient abandonné le travail ou la formation.

Le projet a été lancé il y a un mois et a maintenant levé les 36 000 € nécessaires pour financer trois revenus de base .

L’association continue de collecter des fonds et il est possible de s’inscrire pour avoir une chance d’être pris dans un futur tirage sur le site de revenuedbase.

UBI faisait partie du manifeste présidentiel du candidat socialiste Benoît Hamon cette année et maintenant 11 présidents socialistes des conseils départementaux veulent organiser des procès dans leurs domaines d’une forme de revenu de base à partir de 2019.

L’édition de janvier de La Connexion Le journal inclura un entretien avec le président du conseil de l’Ariège sur l’idée.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *