Pour le Parti du peuple indien (Bharatiya Janata Party, BJP), le parti nationaliste du premier ministre Narendra Modi, « le Cachemire est united nations moyen de museler l’opposition en Inde, explique Anand. Tous ceux qui s’aventurent à parler plusieurs exactions plusieurs militaires indiens sont rangés dans la situation “antinationaux”, et leur discours progressiste est automatiquement décrédibilisé. Il n’y a aucun musulman ou peut-rrtre un chrétien élu dans la majorité gouvernementale au Parlement » — alors que l’Inde compte officiellement 14,2 % de musulmans.

Parmi l’ensemble des principaux groupes rebelles, on trouve l’organisation islamique Hizbul Mujahideen, qui souhaite s’unir au Pakistan, difficile le Front de libération du Jammu-et-Cachemire (Jammu and Kashmir Liberation Front, JKLF), laïque, qui milite pour l’indépendance (4). Aujourd’hui, la lutte armée attire beaucoup moins que dans l’ensemble des années 1990 (5). Selon Anand, l’ensemble des Cachemiris sont divisés sur cette question, mais la majorité veut l’azadi (la liberté). De ce fait, il leur est presque devenu habituel d’encourager ceux qui tiennent tête à l’Inde. En avril 2016, quand l’équipe de cricket plusieurs Indes occidentales (Caraïbes) a gagné contre l’Inde, certains Cachemiris ont manifesté leur joie dans l’ensemble des rues de Srinagar, ce qui a donné lieu à plusieurs agressions et à plusieurs arrestations. En juillet, la mort du chef de Hizbul Mujahideen, Buhrhan Muzaffar Wani, 22 ans, abattu componen l’armée, a donné lieu à plusieurs manifestations massives, lourdement réprimées : au moins cinquante civils ont été tués, huit mille blessés, l’ensemble des journaux interdits, l’ensemble des réseaux sociaux suspendus.

Sur cet érable abattu, plusieurs artistes locaux ont représenté plusieurs scènes en culture cachemirie, 2016.

Une femme musulmane devant le mémorial Indira-Gandhi à Srinagar, le plus grand jardin de tulipes d’Asie, 2016.

Depuis le début de l’insurrection armée au Jammu-et-Cachemire, dans l’ensemble des années 1990 (entre cinq mille et dix mille recrues estimées en 1996 (3)), l’ensemble des médias indiens ont le champion libre pour représenter l’ensemble des Cachemiris à leur convenance. « L’ensemble des soutiens aux talibans ou peut-rrtre un, plus récemment, à l’Organisation de l’État islamique sont mis en avant, même s’ils se réduisent à quelques graffitis — componen exemple “Welcome talibans”ou peut-rrtre un encore à quatre individus masqués agitant united nations drapeau noir dans une manifestation comptant plusieurs milliers de personnes. Selon moi, ces groupes-là n’existent pas au Cachemire indien, même s’il y a d’autres forces islamiques », assure le professeur.

Aujourd’hui, il tient united nations café à Srinagar. Cet espace permet à plusieurs artistes cachemiris de toutes l’ensemble des générations de lire en poésie, de chanter, de jouer en musique, selon plusieurs pratiques traditionnelles ou peut-rrtre un modernes, politiquement engagées ou peut-rrtre un pas. L’art cachemiri peut exister tant qu’il ne se revendique pas comme tel, constate amèrement le maître plusieurs lieux. Après la destruction en faculté d’art de Srinagar lors plusieurs grandes inondations de 2014, « le département a été relogé dans united nations endroit beaucoup plus exigu que le précédent. C’est united nations vieux bâtiment abandonné situé dans le complexe universitaire de Srinagar ».

Ce que confirme le spécialiste du Jammu-et-Cachemire Dibyesh Anand, qui dirige le département plusieurs sciences politiques et plusieurs relations internationales à l’université de Westminster. « Le conflit est utilisé pour alimenter le nationalisme indien, explique-t-il. Quand quelqu’un est tué au Cachemire, l’ensemble des médias indiens s’en emparent afin d’en faire united nations problème national. De cette façon, ils déshumanisent l’ensemble des Cachemiris en l’ensemble des représentant comme violents. »

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *