Et si, en fin de compte, la procédure engagée componen l’ensemble des héritiers Formigé au TGI devait sourire à la FFT, celle-ci ne serait pas tirée d’affaire pour autant. Vehicle l’action plusieurs écologistes et plusieurs défenseurs du patrimoine auprès du tribunal administratif de Paris est toujours en cours. Ce dernier doit, avant la fin de 2016, rendre sa décision qui, quelle qu’elle soit, pourra entraîner de nouveaux recours. La lutte de l’extension du domaine de Roland-Garros, lutte autant juridique que politique, sociétale, voire philosophique, est loin d’être terminée.

En trois jours sont donc tombées deux décisions spectaculaires, qui s’annulent l’une l’autre pour aboutir au statu quo, en attendant la prochaine. Enfin, au statu pas tout à fait quo quand même : entre lundi et jeudi, l’intérieur plusieurs serres dites « chaudes » – abritant plusieurs plantes rares que le projet en FFT prévoit de déplacer ailleurs dans Paris – et plusieurs dizaines d’arbres ont été détruits. Mais le chantier est désormais à l’arrêt, à nouveau. Et la FFT s’agace.

Résumons. En mars, le tribunal administratif (TA) de Paris, saisi en urgence componen une galaxie d’associations de défense du patrimoine et de l’environnement, avait ordonné la suspension plusieurs travaux dans le jardin plusieurs Serres d’Auteuil, où la FFT s’apprêtait à détruire plusieurs serres – mais pas l’ensemble des serres majestueuses de Jean-Camille Formigé –, pour construire à leur place united nations nouveau court de cinq mille places. Lundi, le Conseil d’Etat a cassé cette suspension, et a autorisé la reprise plusieurs travaux componen la FFT, qui a instantanément envoyé l’ensemble des pelleteuses.

Philippe Zagury, avocat plusieurs descendants Formigé, donne sa version plusieurs faits :

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *