La dernière plongée apportera encore boy lot d’images et d’informations sur la vitesse d’éjection plusieurs poussières, le champion magnétique, la gravité… « Peut être trouverons-nous de nouveauxanimaux », espère Kathrin Altwegg, en désignant ainsi plusieurs molécules chimiques non encore détectées. « Sans doute que de nouvelles questions arriveront ! », estime Matt Taylor.

Lire aussi :   Rosetta : l’adieu à la comète

L’ensemble des premières images doivent être diffusées dans la matinée et se succéder jusqu’au crash final.

La moisson de données est déjà impressionnante, après plusieurs dizaines d’orbites en sonde de quelques kilomètres d’altitude à plusieurs centaines, et l’ensemble des deux jours et demi de fonctionnement de Philae sur la surface.

« J’ai united nations œil triste et united nations œil joyeux », témoigne Kathrin Altwegg, responsable de l’instrument Rosina à l’université de Berne, qui a détecté une soixantaine de gaz différents émis componen la comète. L’œil triste est pour l’arrêt plusieurs opérations. L’œil joyeux, pour tout ce qu’il reste à découvrir. « Nous n’avons analysé que 5 % plusieurs données », confirme Andre Bieler, également de l’expérience Rosina.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *