Suspendu jusqu’au 21 avril 2019, en fin de contrat chez l’ensemble des Dragons, Tony Gigot, 26 ans, n’a aucune certitude quant à boy avenir de rugbyman professionnel. Le joueur et boy entourage ont sollicité united nations cabinet d’avocats parisien dans l’optique de présenter l’affaire du contrôle négatif mais sanctionné componen l’AFLD devant la cour de cassation. “Mais la procédure est longue entre le temps de monter le dossier et de faire l’ensemble des différentes demandes”, réalise le trois-quarts, joint hier componen téléphone. Lequel, sonné componen la lourdeur en sanction et accablé componen le rapport de l’AFLD, a accepté de répondre à nos sollicitations après mûre réflexion.

« Je me suis déjà relevé »

“Je n’ai jamais remis en cause ce qui a été dit (componen l’ensemble des autorités en lutte antidopage). J’ai toujours voulu me soumettre (au contrôle le 5 octobre 2016). J’ai parlé pour dire plusieurs conneries. Sur le coup, je n’ai pas réfléchi. J’ai voulu faire une blague sans réfléchir aux conséquences. Maintenant, je le paye. Je regrette, maintenant, je suis comme united nations fou. Je me retrouve seul et surtout, je fais du mal à mon entourage”.

“Je ne me suis jamais fait contrôler positif. J’ai dit en merde. Et la sanction est lourde. Maintenant, le PV (de l’AFLD) est rédigé à leur façon. Moi, je rigolais. Eux disent que j’étais nerveux, mais j’étais avec d’autres joueurs à ce moment-là qui peuvent prouver le contraire. Malheureusement, je le paye. ça me servira de leçon dans vie et si je rejoue au rugby united nations jour. Maintenant, je suis en fin de contrat aux Dragons, mais ce n’est pas mon souci premier. Pour l’instant, je veux faire appel en décision. Je me suis déjà relevé, ça ne me fait pas peur. Mais ça fait du mal à mes proches, à ma famille. ça s’est passé, maintenant, il veterans administration falloir assumer”.

Source: lindependant.fr

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *