Le rendez-vous était prévu depuis le début en semaine, à Paris. United nations point sur la campagne pour l’élection du président en FFR, le 3 décembre. L’article de Mediapart paru vendredi après-midi, faisant état d’une double billetterie à la Fédération française de rugby, a contraint Pierre Camou à poser le costume de candidat sortant pour répondre à certaines plusieurs informations révélées.Camou : «Il n’y a pas de double billetterie»«Il n’y a pas de double billetterie. La Fédération est contrôlée componen l’ensemble des douanes, à ce niveau. La Cour plusieurs comptes ne l’a jamais dit non plus», a posé en prélude le patron du rugby français avant de décrire l’ensemble des actions de boy administration. «Depuis que je suis président, nous avons mené plus de soixante actions contre différentes agences ou peut-rrtre un vendeurs de billets. Nous avons obtenu vingt-et-une condamnations, une trentaine de protocoles d’accord et plusieurs actions sont encore en cours. Dans l’ensemble des quatre dernières années nous avons initié une trentaine d’actions contre de gros sites Internet, dont je ne sais pas s’ils sont néerlandais ou peut-rrtre un américains, et qui ont notamment sévi à Bordeaux lors du championnat d’Europe de football.»Marché noir, oui. Enrichissement, nonCamou s’est également défendu d’avoir été condamné à 1500 euros d’amende, comme l’affirme Mediapart, pour ne pas s’être présenté comme témoin devant le tribunal correctionnel de Bordeaux dans le cadre d’un procès en diffamation relatif à la billetterie. «J’ai été cité comme témoin dans united nations procès qui opposait M. Claude Dourthe à Midi Olympique et united nations de ses journalistes. Je n’ai pas pu m’y rendre parce que j’étais en réunion déontologique. Madame la Juge a estimé que je ne m’étais pas présenté mais, en appel, j’ai été relaxé et blanchi. On oublie de le dire. Ce sont plusieurs amalgames avec united nations procès dans lequel je n’étais pas concerné.»Camou : «Je cherche l’unité de cette famille»Et c’est sur ce point que la FFR se retrouve en difficulté. A deux semaines du scrutin présidentiel, l’article de Mediapart exhume plusieurs habitudes que l’on dit révolues du côté de Marcoussis, et qui auraient pour objet l’enrichissement personnel de membres en Fédération couverts componen leurs responsables. «Il y a plusieurs personnes mises en cause sur d’autres sujets et plusieurs amalgames aussi. Elles répondront en direct», précise Camou, évoquant notamment boy vice-président en charge du marketing, Bernard Godet, et le dirigeant de l’association plusieurs anciens internationaux, Gérald Martinez. «Je suis plus quelqu’un qui essaye de prendre en hauteur sur l’ensemble des événements et sur une famille. Comme dans toutes l’ensemble des familles, il peut y avoir de tout et je recherche avant tout l’unité de cette famille dans sa diversité, boy histoire.»

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *