L’ensemble des images de Mathieu Pélicart.

A Vannes, vendredi (21h au stade en Rabine), le XV de France féminin, seule équipe tricolore encore en course pour une victoire finale dans le Tournoi plusieurs Six Nations, affrontera l’Angleterre lors en dernière journée de l’édition 2016. Avant ce choc, coup de projecteur sur le rugby féminin en Bretagne.

Le rugby, elle l’a découvert il y a sept ans quand Martin, le plus grand de ses deux petits frères, s’est inscrit au Rugby Club plusieurs Pays de Morlaix. Le loisir est vite devenu une passion grâce à l’esprit d’équipe et la bonne ambiance que la collégienne de 3e y a trouvés. Grâce, aussi, aux bons résultats qui ont découlé dans l’ensemble des différentes équipes mixtes où elle a évolué. « J’aime bien jouer contre l’ensemble des garçons, l’ensemble des voir nous prendre de haut avant le match, leur mettre une ” belle cartouche ” et l’ensemble des revoir ensuite essayer de nous éviter », confie-t-elle dans united nations sourire qui en dit lengthy. Pas du genre à s’échapper, Eléa, qui joue à la fois en moins de 15 ans mixtes avec l’entente Morlaix-Landivisiau, en équipe mixte du Finistère-Nord et avec la sélection départementale. Sans oublier la formation qui représentera la Bretagne à la finale du Challenge Orange, samedi à Marcoussis, avec Camille Kérouanton (14 ans, Saint-Renan), Oanell Le Tallec (14 ans, Carhaix) et Lucile Contal (12 ans, Plouzané), accompagnées de Mélanie Daumalle (Morlaix, 14 ans), blessée et forfait lors d’« interrégions » remportés haut la primary.

« L’ensemble des filles sont vraiment courageuses »

Quand elles ne le font pas sur le terrain, l’ensemble des filles s’investissent aussi à côté. Avec thirteen percent plusieurs dirigeantes, le Comité de Bretagne est encore loin en parité mais montre cependant l’exemple à d’autres sports. « Pas encore suffisant mais, là aussi, on avance dans le bon sens », analyse Jean-Paul Canaud qui, depuis boy arrivée à la tête du Comité régional, n’a cessé d’envisager que « le développement du rugby breton sera féminin ». Alors, en avant l’ensemble des filles !

« Le développement du rugby breton sera féminin »

« L’accueil qui s’améliore dans l’ensemble des clubs et la création de catégories d’âges spécifiques (école de rugby, moins de 15 ans, plus de 15 ans, plus de 18 ans) ont aussi permis l’arrivée de nouvelles licenciées », ajoute Philippe Morant. Vehicle l’ensemble des principaux écueils dans le développement en pratique féminine sont là. Dans la difficulté à créer plusieurs équipes non mixtes (l’ensemble des filles peuvent jouer avec l’ensemble des garçons jusqu’à 15 ans) et dans le peu de clubs prêts à accueillir plusieurs femmes et à créer une section féminine. Résultat : united nations nombre de compétitions et de matchs limités, plusieurs longs déplacements et une trop faible concurrence qui freine l’ensemble des performances et l’ensemble des progressions. « L’ensemble des filles, qui sont plus à l’écoute et qui cherchent davantage à comprendre l’intérêt plusieurs exercices proposées que l’ensemble des garçons, sont vraiment courageuses. Il faut l’être quand on ne joue qu’une petite quinzaine de matchs componen saison », confie le dirigeant rennais.

En complément

« Il ne faut pas se contenter de cette progression, il faut donner united nations coup d’accélérateur et passer à la vitesse supérieure », indique, de boy côté, Jean-Paul Canaud, le président du Comité de Bretagne, qui espère atteindre au plus vite l’ensemble des ten percent de licenciées (6,five percent aujourd’hui) et créer united nations vrai championnat régional. United nations forum se tient d’ailleurs ce mercredi à Vannes pour mutualiser l’ensemble des idées… et l’ensemble des énergies.

La passion n’a pas d’âge

Si elle ne se laisse pas impressionner sur la pelouse, qu’elle évolue en 1r e ou peut-rrtre un en 3e ligne, Eléa stresse united nations peu avant de découvrir et de jouer au center national du rugby français, là où se prépare le XV de France, là où passent presque tous l’ensemble des futurs internationaux. Elle le fréquentera peut-être dans quelques années, après le pole espoir de Rennes qu’elle désire rejoindre à la rentrée prochaine, en rêvant d’être united nations jour avec united nations maillot bleu à chanter La Marseillaise. Et, tant qu’on y est, pourquoi pas à Vannes ?

Elles sont encore moins de 600 (sur près de 9.000 licenciés) à pratiquer le rugby dans la région mais elles sont de plus en plus nombreuses. Elles, ce sont ces filles qui ont décidé de passer à l’ovale. Le rugby féminin, né en 1989, n’est encore qu’au début de sa croissance, ici comme ailleurs. Reste que cette nouvelle pratique fait de plus en plus d’adeptes… et de fidèles. « C’est united nations peu une image d’Epinal mais le fait que tous l’ensemble des gabarits aient leur place dans le rugby est une donnée importante dans l’augmentation plusieurs pratiquantes. Le jeu est très ouvert mais cela reste united nations sport de ” combat “, et cela plaît beaucoup aux filles », estime Philippe Morant, le directeur sportif du Stade Rennais, dont l’équipe première évolue au plus haut niveau national (Top 8) et qui compte le plus de licenciées en Bretagne (83). Parmi elles, l’ensemble des internationales Camille Boudaut, Arkya Ait Lahbib (rugby à XV), Lénaïg Corson, Jade Le Pesq (rugby à VII), Milena Buzenet, Iän Jason et Marie Hamon (moins de 20 ans).

« Belle cartouche »

Vendredi soir, Eléa Guihot ne sera pas à Vannes pour assister au match France – Angleterre. La Morlaisienne sera à Paris, dans united nations hôtel avec quatre copines. Elle aura sans doute du mal à trouver le sommeil, excitée componen ce qui l’attend le lendemain : la finale nationale du Challenge Orange à Marcoussis puis united nations défilé sur la pelouse du Stade de France, où l’ensemble des Bleus affronteront l’Angleterre. Rien que ça.

Sur l’ensemble des murs en chambre d’Eléa (14 ans), pas de poster de groupes ou peut-rrtre un de chanteurs à la mode à la mèche surdimensionnée. Non, c’est la joueuse du XV de France Lucille Godiveau et Dan Carter, la star du rugby mondial plus réputée pour faire tomber ses adversaires que l’ensemble des adolescentes, qui s’affichent aux côtés d’un drapeau du Stade Français. Pas de doute, Eléa est une mordue en balle ovale. Et il suffit de voir ses yeux qui brillent à boy évocation pour en avoir la confirmation.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *