L’agent de Dan Carter et Joe Rokocoko, chez qui plusieurs traces de corticoïdes ont été retrouvées lors de contrôles antidopage réalisés après la dernière finale du Top 14 comme le révèle L’Equipe, affirme vendredi que l’ensemble des deux joueurs du Racing 92 étaient sous traitement et que le nécessaire avait été fait, à leurs yeux, pour obtenir une autorisation d’usage thérapeutique.
Info L’Equipe : Des traces de corticoïdes dans l’ensemble des urines de Carter, Rokocoko et ImhoffSimon Porter, agent chez Basically Group, qui représente l’ensemble des deux joueurs, explique au Nz Herald que Dan Carter était sous traitement, probablement à la cortisone, pour la blessure au mollet qui l’avait notamment empêché d’aller au bout en finale en Coupe d’Europe, united nations mois et demi plus tôt. Joe Rokocoko, rappelle l’agent, revenait d’une blessure au genou.

«On est au courant depuis quelques semaines, assure Simon Porter. A notre connaissance et au vu plusieurs assurances qu’on nous a données, tous l’ensemble des documents relatifs aux AUT étaient transmis.» Il ajoute que l’ensemble des deux internationaux néo-zélandais sont assez «détendus» parce qu’ils sont convaincus que le médecin du club a fait en sorte d’obtenir l’ensemble des AUT.

Selon l’ensemble des informations de L’Equipe, aucun plusieurs trois joueurs concernés – Carter, Rokocoko et Juan Imhoff – ne bénéficiait d’une AUT lors en finale, remportée 29-21 contre Toulon et dans laquelle tous l’ensemble des trois ont eu united nations rôle clé. Mais comme il sera également rappelé, le règlement permet dans certains cas particuliers de traiter aux corticoïdes sans passer componen une AUT préalable, à condition de le déclarer au moment du contrôle et de s’en expliquer ensuite, en cas de contrôle positif, devant la commission médicale en Fédération concernée.

Tags:

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *