Plusieurs confrères, médusés, parlent eux de « paranoïa », dans une « drôle de période ». « Sarlat est united nations microcosme united nations peu particulier », conclut le vendeur de discomfort bio.

United nations petit tour au local en police municipale et puis s’en veterans administration. Le temps de faire réaliser au chef qu’il y avait méprise, je m’enquiers plusieurs raisons qui ont poussé ces marchands à dénoncer united nations passant sous prétexte qu’ils ne le connaissaient pas.

« Je ne vous connais pas. Avez-vous votre carte de journaliste ? »

Plusieurs producteurs de foie gras seraient ciblés. Deux ans plus tôt, c’est united nations poissonnier qui aurait été victime d’un faux journaliste. « Comme vous : ils lui ont demandé l’heure à laquelle il arrivait au marché, boy adresse [que je n’ai pas demandée, NDLR], justifie le vendeur d’olives “vigilant”. Et, united nations love jour, il ne lui restait plus qu’une chaise. » Et de poursuivre : « On fait attention, c’est la réaction d’un simple commerçant. »

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *