Près de la moitié des femmes américaines disent avoir été agressées sexuellement, selon un nouveau sondage de l’Université Quinnipiac publié mercredi.

Le sondage a coïncidé avec le magazine Time qualifiant le mouvement des médias sociaux #MeToo comme la «personne» la plus influente de 2017, ainsi qu’un rapport du NYPD selon lequel plus de personnes ont signalé cette année un viol commis en 2016 qu’en 2016.

Le sondage Quinnipiac a révélé que 47% des femmes à l’échelle nationale ont déclaré avoir été «agressées sexuellement, ce qui signifie que quelqu’un les a touchées d’une manière inappropriée et sexuelle sans [leur] consentement».

Trente-deux pour cent des hommes ont répondu qu’ils avaient également été agressés sexuellement. Un total de 1 747 adultes ont été sondés.

Le modèle de ceux qui ont dit qu’ils ont été agressés est cohérent dans tous les groupes d’âge, selon Quinnipiac.

Parmi ceux qui ont déclaré avoir été agressés sexuellement, 39% ont dit que cela s’était produit dans un contexte social, 37% ont dit que c’était arrivé au travail, 27% ont dit que c’était arrivé à la maison, 20% arrivé à l’école.

Le sondage survient alors que des dizaines de femmes ont accusé des hommes très médiatisés de divers secteurs d’agression sexuelle, de harcèlement, de viol et / ou d’attouchements inappropriés. Les accusations impliquent des membres des partis républicain et démocrate – y compris le président Donald Trump, qui a nié les allégations.

Quelque 63% des électeurs inscrits interrogés ont dit qu’ils désapprouvaient “la manière dont le parti républicain gère la question du harcèlement sexuel et de l’agression sexuelle en politique”. De ce nombre, 41% des électeurs s’identifiant comme républicains ont dit qu’ils désapprouvaient.

Cinquante-deux pour cent des électeurs inscrits – dont 39% sont des démocrates – désapprouvent la manière dont le Parti démocrate gère les mêmes problèmes.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *