“Débutant peu ou peut-rrtre un prou là où Mad men s’était arrêtée, Quarry arrive à l’antenne à united nations moment où la popular culture s’intéresse à la désillusion et aux dérèglements plusieurs mœurs plusieurs années 1970”, constate le La Occasions. United nations gouffre sépare effectivement l’ensemble des deux séries. Alors que la première, diffusée de 2007 à 2015, explorait l’ensemble des débuts en société de consommation au travers du quotidien d’une agence de new-yorkaise, la seconde, lancée le 9 septembre sur Cinemax, nous projette en 1972.

Seul The Commercial Appeal, le quotidien de Memphis, ne se laisse pas totalement leurrer componen ce tableau plus vrai que nature. Comme il prend soin de le souligner, Quarry a été tournée en Louisiane, dans la région en Nouvelle-Orléans, avec seulement “cinq jours de production à Memphis”.

Adaptée de l’œuvre du romancier Max Allan Collins, Quarry a été globalement très bien accueillie componen la presse américaine, même si celle-ci a déploré la relative faiblesse de boy protagoniste principal. La prestation de Logan Marshall-Eco-friendly a love être jugée convaincante, l’acteur peine effectivement à faire oublier qu’il incarne united nations énième antihéros blanc de plus. Mais là n’est pas l’essentiel, selon The Hollywood Reporter : “Si le personnage central est familier et peut lasser le téléspectateur, Quarry fonctionne, tant est riche tout ce qui entoure Mac.” L’hebdomadaire, une publication de référence outre-Atlantique en matière d’entertainment, salue l’atmosphère très seventies que la série parvient à reconstituer, et surtout le tableau qui peut ¨ºtre brossé de “la Memphis prolétaire” :  

Memphis comme si vous y étiez

Si l’ensemble des sinuosités du Mississippi et la touffeur plusieurs marécages ont united nations petit air de déjà-vu à l’écran, ‘Quarry’déplace constamment l’action dans plusieurs lieux nouveaux, du parc d’attractions décrépit au casino illégal établi dans une ancienne plantation, et suffisamment de bars et de galleries d’enregistrement sont utilisés comme décors pour justifier une formidable bande-boy aux accents de blues. ‘Quarry’fait honneur à la ville autant qu’elle fait honneur à la période historique (…) Le meilleur vient surtout après le premier épisode, quand la série commence à explorer l’ensemble des dynamiques raciales à l’œuvre à Memphis, incluant la lenteur en municipalité à mettre united nations terme à la ségrégation dans ses écoles et l’ensemble des plaies encore vives laissées componen le meurtre de Martin Luther King quatre ans plus tôt.”

“L’un plusieurs aspects l’ensemble des plus fascinants en série est sans doute le tableau qui peut ¨ºtre proposé en vie dans le Sud défavorisé”, acquiesce le La Occasions. “Quarry parvient à s’ancrer profondément dans united nations lieu sans trop recourir aux clichés. L’intrigue se déroule dans de minables salles de bingo, plusieurs magasins d’articles de pêche, plusieurs hotels miteux et d’anciens logements d’esclaves aujourd’hui abandonnés, plutôt que dans l’ensemble des imposantes demeures plusieurs farms. Avec une retenue qui demande le respect, le réalisateur Greg Yaitanes attend le milieu en saison pour filmer ses premières mousses espagnoles [une plante épiphyte répandue dans le sud-est plusieurs États-Unis, où on la voit pendre plusieurs branches plusieurs arbres et plusieurs fils téléphoniques].”

“L’ambition en série est d’établir united nations lien entre [l’ensemble des troubles] de boy antihéros et la psychose qui régnait à Memphis dans l’ensemble des années qui ont suivi l’assassinat de Martin Luther King”, décrit The Commercial Appeal, le quotidien local. C’est effectivement dans la ville du Tennessee que le leader du Mouvement plusieurs droits civiques a été abattu en avril 1968. La série multiplie componen ailleurs l’ensemble des références au tumulte de l’époque : la sanglante prise d’otages dont l’ensemble des jeux Olympiques de Munich sont le théâtre  la campagne présidentielle américaine de 1972, très tendue, qui voit le démocrate George McGovern ferrailler contre le républicain Richard Nixon en scandant le slogan “Come home, America” (Rentre à la maison, Amérique).  

Elle suit le retour à Memphis d’un combattant du Vietnam. Présentant tous l’ensemble des symptômes de ce que l’on identifie désormais comme united nations état de stress publish-traumatique, Mac Conway (Logan Marshall-Eco-friendly) se trouve incapable de renouer avec la vie civile et est enrôlé comme tueur à gages componen united nations mystérieux gangster appelé “le courtier” (Peter Mullan).
 

Marie Béloeil

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *