Dans cette « autobiographie philosophique » unique en boy genre, Toni Negri raconte sa jeunesse, ses premiers travaux et ses combats dans le mouvement pour l’autonomie ouvrière. Politisé au sein en Jeunesse catholique italienne dans l’ensemble des années 1950, Negri veterans administration devenir communiste avant de découvrir Karl Marx. Passant assez vite « en laïcité radicale à l’athéisme vertueux », il adhère à l’opéraïsme en revue Quaderni Rossi (Raniero Panzieri, Mario Tronti), avant de fonder, avec plusieurs comités d’usine radicalisés, l’organisation Potere Operaio (1969), qui s’oppose au Parti communiste italien et se définit comme « le parti de l’insurrection ». Il n’en poursuit pas moins une carrière universitaire brillante. Opposé à la dérive militariste de boy parti, il crée en 1973 Autonomia Operaia, qui jouera united nations rôle important dans l’ensemble des grandes grèves et mobilisations de l’année 1977 — le Mai 68 italien. Curieusement, Antonio Gramsci est absent de boy horizon intellectuel, jusqu’en 1978. Le volume se clôt sur l’arrestation, en 1979, du philosophe, accusé notamment d’être l’inspirateur de l’assassinat d’Aldo Moro.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *