C’est un sérieux dysfonctionnement en plein été. Je ne rigole pas, je vous le dis.”

“Ils se débrouillent, ils ne découvrent pas le rail quand même !, lance Jacky Emon. L’état des voies est déjà catastrophique, avec des ralentissements multiples. Maintenant, la SNCF n’est plus capable de couvrir les trains ? D’autres l’ont fait avant eux, et mieux que ça.”  

Abonnés et touristes

Cette fois-ci, le train de 5h56 au départ de La Rochelle avait été purement et simplement supprimé. La raison ? “Un contrôleur “rerouté” sur un TGV”, explique la SNCF. De quoi poser un problème de taille pour les usagers, en majorité abonnés, qui devaient arriver dans la capitale girondine à 8h38…

Crédit photo : XAVIER LEOTY

Autant dire que le dossier, il le connaît. “C’est inadmissible. Il y avait des abonnés et des groupes de touristes qui rejoignent la côte. C’est un sérieux dysfonctionnement en plein été. Je ne rigole pas, je vous le dis.”

Parmi les usagers sur le quai, Jacky Emon, conseiller régional. A la Région, l’élu est en charge de la commission Infrastructures, mobilité, transports et intermodalités.

Et le bus affrété après 45 minutes d’attente n’est pas de nature à atténuer l’ire de l’élu, qui a contourné le problème en passant par Angoulême. Deux heures de rallonge. “Le problème, ce n’est pas moi. Mais les usagers (…) Ce qui est paradoxal, c’est qu’à Saintes et La Rochelle, il est censé avoir une réserve de contrôleurs. Qu’ils sacrifient un train au profit d’un TGV, c’est le choix de la SNCF. Mais ça ne se passe pas comme ça…”

“Situation inopinée”

Du côté de la SCNF, on pointe la période estivale pour expliquer cette “situation”. “En période de vacances et de congés, il est difficile de survenir à une situation inopinée.”  Une réorganisation, conséquence de l’incident survenu dans la nuit de dimanche à Surgères ? “Possible, mais pas certain”, explique SNCF Mobilité.

Le conseiller régional a contacté la SNCF régionale pour lui faire part de ses griefs. Et de ceux des autres usagers.

Jacky Emon, conseiller régional référent TER, lors d'un point sur les travaux SNCF sur la ligne entre Niort et La Rochelle, en avril 2016.Jacky Emon, conseiller régional référent TER, lors d’un point sur les travaux SNCF sur la ligne entre Niort et La Rochelle, en avril 2016.

Mauvaise surprise pour les voyageurs ce lundi matin en gare de Saintes. Ces derniers n’ont pas vu venir le train intercités de 7 heures, reliant La Rochelle et Bordeaux avec des arrêts réguliers sur les différentes gares du parcours. Une déconvenue qui tombe mal après l’incident survenu à Surgères, ce dimanche soir. 

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *