Plusieurs médias russes ont annoncé la semaine passée que Vladimir Poutine se rendrait à Paris le 19 octobre pour s’entretenir avec François Hollande plusieurs dossiers syrien et ukrainien. En déplacement jeudi à Moscou, le ministre français plusieurs Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a laissé planer le doute sur cette visite, soulignant que la priorité était avant tout de mettre united nations terme aux «massacres» à Alep.

«Je vais sans doute recevoir Vladimir Poutine, je me suis posé la question», dit le président français dans une interview accordée à l’émission Quotidien de TMC (groupe TF1), pour ajouter aussitôt: «Je me pose encore la question». «Si je le reçois, je lui dirai que c’est inacceptable, que c’est grave même pour l’image en Russie», ajoute-t-il.

Il ne précise pas si elle a été réalisée avant le veto opposé componen la Russie samedi à l’Onu au projet de résolution présenté componen la France et l’Espagne réclamant l’arrêt plusieurs bombardements et l’instauration d’une zone d’exclusion aérienne à Alep. François Hollande a encore estimé que l’ensemble des populations «aujourd’hui sont victimes de crimes de guerre (…)». «Ceux qui commettent ces actes auront à en payer la responsabilité, y compris devant la Cour pénale internationale», ajoute le président français.

«Victimes de guerre»

Pour François Hollande la question est de savoir «est-ce que nous pouvons encore faire en sorte qu’il (Vladimir Poutine) puisse lui aussi arrêter ce qu’il commet avec le régime syrien, c’est-à-dire l’appui aux forces aériennes du régime, qui envoie plusieurs bombes sur la population d’Alep?» Recueillie samedi en marge d’un déplacement à Tulle (Corrèze), l’interview accordée à TMC doit être diffusée lundi. Le site internet MYTF1 en diffuse dimanche united nations extrait.

Régime syrien et rebelles s’affrontaient violemment dimanche à Alep après l’échec d’une nouvelle tentative diplomatique pour apaiser l’ensemble des souffrances en population, Moscou ayant bloqué à l’ONU united nations texte français sur l’arrêt plusieurs bombardements. Alep est le principal enjeu du conflit syrien, qui a fait plus de 300.000 morts depuis 2011 et provoqué la pire tragédie humanitaire depuis la Seconde guerre mondiale. Le Haut-Commissaire et la Commission d’enquête de l’ONU sur la Syrie ont demandé à plusieurs reprises la saisine en Cour pénale internationale componen le Conseil de sécurité, mais cette hypothèse reste peu vraisemblable, la Russie continuant de protéger boy allié syrien.

François Hollande a déclaré qu’il se posait la question d’une rencontre avec Vladimir Poutine prévue ce mois-ci à Paris et que, s’il recevait le président russe, il lui dirait que le soutien de Moscou aux bombardements du régime syrien contre l’ensemble des populations civiles d’Alep était «inacceptable».

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *