Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a prévenu que le vote de samedi serait « un moment de vérité pour tous les membres du Conseil de sécurité (…), en particulier pour nos partenaires russes », invoquant « une révolte de la conscience humaine ». Jeudi, l’envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, s’était alarmé d’une destruction totale d’Alep-Est d’ici janvier et avait montré du doigt la Russie. Il avait aussi proposé que les combattants de l’organisation djihadiste Front Fateh al-Cham (ex Front al-Nosra, branche syrienne d’Al-Qaïda) quittent les quartiers de l’est d’Alep et que le régime syrien et son allié russe suspendent leurs bombardements après le départ des djihadistes. La Russie s’est dite « prête à soutenir » cette initiative si le Front Fateh al-Cham partait effectivement de la ville.

À l’ONU, le texte russe, obtenu par l’Agence France-Presse vendredi, « réclame l’instauration immédiate d’une cessation des hostilités, notamment à Alep », et demande à toutes les parties de permettre l’accès à l’aide humanitaire. Mais l’ambassadeur britannique Matthew Rycroft a rejeté ce texte, estimant qu’il s’agissait d’une manoeuvre russe destinée à « cyniquement détourner l’attention de la nécessité d’arrêter les bombardements sur Alep ».

Les chefs de la diplomatie américaine et française, John Kerry et Jean-Marc Ayrault, ont dénoncé vendredi à Washington des « crimes de guerre » perpétrés contre des hôpitaux et des écoles à Alep, où 250 000 habitants sont assiégés depuis pratiquement plus de deux mois. John Kerry a notamment dénoncé « une stratégie ciblée pour terroriser les civils et quiconque se met en travers de leurs objectifs militaires », en allusion au régime et à Moscou.

Deux semaines après le lancement par l’armée syrienne d’une offensive d’envergure avec l’appui aérien de Moscou pour reprendre la partie rebelle d’Alep qui lui échappe depuis 2012, les troupes du régime continuaient de grignoter le territoire des insurgés sur trois axes. « La bataille se déroule au centre, notamment dans le quartier de Boustane al-Bacha où l’armée avance, dans le sud, à Cheikh Saïd, et à la périphérie nord, où le régime a pris le quartier d’Ouwayja », a indiqué à l’Agence France-Presse Rami Abdel Rahmane, directeur de l’OSDH.

Les combats faisaient rage samedi entre régime syrien et rebelles au coeur d’Alep, le jour où ont été discutés à l’ONU deux textes rivaux appelant à un cessez-le-feu dans la métropole meurtrie. Sans véritable surprise, ma Russie a mis samedi son veto au texte appelant à la cessation des bombardements sur Alep proposé par la France, empêchant son adoption. “Un pays qui mettrait le veto à cette résolution serait discrédité aux yeux du monde. Il serait responsable de la poursuite des exactions”, avait déclaré François Hollande lors d’un déplacement en Corrèze. Sur les quinze pays membres du Conseil de sécurité, seuls la Russie et le Venezuela se sont opposés à la proposition française. La Chine et l’Angola se sont abstenus. Les onze autres pays du Conseil, dont les Etats-Unis et le Royaume-Uni, ont soutenu le texte.

Les combats et les bombardements, dont des raids aériens, n’ont pas cessé de la nuit, a rapporté de son côté le correspondant de l’Agence France-Presse dans la partie rebelle. Alep est le principal enjeu du conflit qui ravage la Syrie depuis cinq ans, faisant plus de 300 000 morts et provoquant la pire tragédie humanitaire depuis la Seconde Guerre mondiale. La partie est de la ville a été ravagée par des bombardements d’une extrême violence qui ont tué des centaines de personnes et détruit des infrastructures civiles.

L’autre résolution défendue par la Russie, qui réclamait une cessation des hostilités sans évoquer ces bombardements a été rejetée par le Conseil de sécurité.

Le texte de Moscou a été présenté au Conseil peu après que la Russie eut prévenu qu’elle était prête à bloquer le texte de la France avec son droit de veto. « Je ne vois tout simplement pas comment nous pourrions laisser cette résolution passer », a déclaré à la presse Vitali Tchourkine, ambassadeur de Russie à l’ONU. Les membres du Conseil négocient depuis une semaine cet autre projet de résolution de Paris destiné à mettre un terme à l’intense bombardement de la ville assiégée d’Alep, à permettre l’acheminement de l’aide humanitaire et à arrêter tous les survols militaires de la ville.

Tags:

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *