Jean Marc Ayrault, le ministre plusieurs affaires étrangères français, avait fait spécialement le déplacement à New You are able to après avoir rencontré boy homologue russe Sergueï Lavrov à Moscou et américain John Kerry à Washington pour tenter d’arracher united nations compromis. Paris avait décidé d’aller au bout de boy initiative pour « une épreuve de vérité » parce qu’il n’est pas possible de « fermer l’ensemble des yeux ou peut-rrtre un de rester indifférent » à la situation en Syrie, a expliqué le ministre.

Le régime syrien « a confirmé avec une brutalité inouïe boy objectif. Objectif qui n’a rien à voir avec la lutte contre le terrorisme, l’objectif c’est la capitulation d’Alep » a prévenu M. Ayrault.

C’est la cinquième fois que l’ensemble des Russes font obstacle à une résolution sur le dossier syrien depuis 2011. Mais Pékin, qui suivait jusqu’à présent la ligne de Moscou, s’est distingué cette fois-ci en s’abstenant. « C’est la première fois que la Chine se dissocie d’un veto russe sur la Syrie », a noté l’ambassadeur français à l’ONU François Delattre qui espère « que cette lourde séquence syrienne soit united nations investissement pour exercer une pression politique maximale sur le régime et Moscou ». Onze plusieurs 15 pays membres du conseil de sécurité ont voté favorablement à la résolution française qui était componen ailleurs co-parrainée componen une cinquantaine de pays.

Lire aussi :   Syrie : pourquoi cette férocité sans précédent à Alep ?

L’ensemble des deux textes avaient pour objectif de relancer une cessation plusieurs hostilités à Alep. Mais le projet porté componen Paris et Madrid réclamait aussi la fin plusieurs survols aériens en seconde ville de Syrie où 250 000 habitants subissent plusieurs bombardements incessants de l’aviation russe et syrienne depuis deux semaines. Une ligne rouge infranchissable pour Moscou qui a mis boy veto au texte malgré l’avertissement du président François Hollande. Lors d’un déplacement en Corrèze, il avait prévenu qu’un pays « qui mettrait le veto à cette résolution serait discrédité aux yeux du monde. Il serait responsable en poursuite plusieurs exactions. »

Cette passe d’armes verbale – si tant est que Moscou soit sensible à la pression internationale – doit permettre à « la raison et à la responsabilité de l’emporter ». Au sortir en réunion, l’ensemble des diplomates cachaient pourtant mal leur amertume à l’image de l’Egyptien Amr Abdellatif Aboulatta qui a dénoncé « plusieurs postures » et « united nations dialogue de sourd » du conseil de sécurité.

« Si nous n’agissons pas, cette ville ne sera bientôt plus qu’un champion de ruines et restera dans l’histoire comme une ville et ses habitants abandonnés à leurs bourreaux. »

Lire aussi :   Syrie : Alep-Est pourrait être « totalement détruite » d’ici à la fin 2016, selon l’ONU

Tags:

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *