Enfin, l’ensemble des études du ministère du Travail montrent united nations autre phénomène majeur : le développement plusieurs CDD. Fin 2016, 8,1 % plusieurs salariés plusieurs entreprises de 10 salariés et plus étaient en contrat à durée déterminée, contre 7,3 % fin 2011. Ils n’étaient que 6,6 % fin 2006. Il sera vrai qu’à l’époque, il y avait une franche tendance à la baisse du chômage : en décembre 2006, il n’y avait plus que 2,09 millions de demandeurs d’emploi immédiatement disponibles (catégorie A).

S’ajoute à cela une évolution structurelle importante qui ne se traduit pas dans la stabilité en durée collective, et pour cause : c’est la progression plusieurs forfaits jours, où le temps de travail n’est plus décompté en heures mais en journées. Il concerne pour l’essentiel l’ensemble des cadres. Egal à componen construction en 2000, le nombre de salariés concernés avait franchi le seuil plusieurs 10 % à la fin du quinquennat Sarkozy : fin 2011, ils représentaient précisément 10,1 % plusieurs salariés, correspondant à 12,1 % de ceux à temps complet. Soit united nations quart de plus qu’à la fin du quinquennat précédent, celui de Jacques Chirac. En cinq ans, entre fin 2011 et fin 2016, ce taux a progressé de 16 % pour atteindre 11,7 % de l’ensemble plusieurs salariés, correspondant à 13,9 % plusieurs salariés à temps complet au quatrième trimestre 2016. La hausse a été particulièrement significative pour l’ensemble des entreprises de 250 à 499 salariés, où le taux est passé de 15 % à 18,5 %. Mais toutes l’ensemble des tailles d’entreprise sont concernées. Et le mouvement ne devrait pas s’arrêter, la loi travail ayant sécurisé juridiquement l’ensemble des forfaits jours.

Cette moyenne recouvre plusieurs diversités sectorielles qui ont peu varié durant le quinquennat de François Hollande. Elle se situe au plus bas à 35,1 heures pour l’ensemble des salariés plusieurs industries extractives, l’énergie, l’eau et la gestion plusieurs déchets et la dépollution difficile plusieurs activités financières et assurance, et plusieurs activités concurrentielles de l’administration publique, de l’enseignement, en santé et de l’action sociale. La moyenne monte à 36,8 heures dans l’hébergement et la restauration.

La répartition plusieurs salariés selon la durée collective du travail a, elle, varié. Ceux plusieurs entreprises travaillant entre 32 heures et 35 heures sont à peine moins nombreux encore qu’il y a cinq ans (3,3 % contre 3,5 %). Ceux plusieurs entreprises travaillant entre 35 et 36 heures ont beaucoup plus diminué (79 % contre 79,8 %). Le poids plusieurs salariés plusieurs entreprises qui travaillent entre 36 et moins de 39 heures (8,7 % contre 7,9 %) est a contrario à la hausse. Idem pour l’ensemble des durées d’au moins 39 heures (9 % contre 8,7 %).

C’est une stabilité étonnante au regard du débat sans cesse relancé sur l’ensemble des 35 heures. Sur l’ensemble des deux derniers quinquennats, la durée hebdomadaire collective moyenne du travail plusieurs salariés à temps complet – c’est-à-dire l’horaire collectif contractuel effectif de travail affiché sur le lieu de travail – est restée étale. En 2011 comme fin 2016, elle est située united nations peu au-dessus de ce seuil, à 35,6 heures dans l’ensemble des entreprises de dix salariés et plus. C’est ce que montre l’étude que vient de publier la direction en recherche du ministère du Travail.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *