Nouvelles

Tonnerre de Brest

Tonnerre de Brest

Hockey sur glace

– Tonnerre de Brest

Poitiers – Brest : 5-6 (ap) en Face de la partition, jusqu’à 23 secondes de la fin, la région Poitou bow finalement, après une prolongation. Exaspérant !

Vito de Vito et le Poitou, ont vu leur belle série s'est arrêtée par Brest.

Vito Vito et la région Poitou ont vu leur belle série s’est arrêtée par Brest.

(Photo cor., Marie-Line Broage)

Elle était là, à portée de main, cette huitième victoire d’affilée, ce qui aurait ouvert une beaucoup plus grande de la porte des play-off. Mais non, le Brestois a décidé autrement, en faisant basculer la rencontre dans les toutes dernières secondes. Rageant, frustrant? Mais telle est la réalité du sport.
Pourtant, après les cinq premières minutes, on peut penser que le match allait être vite plié. Déjà, Lateule et la Chambre avait trouvé le chemin des filets. Mais les Brestois, plutôt que dans la réaction que dans l’action dans ce premier tiers temps, de revenir, profitant en particulier de la supériorité numérique après l’expulsion de Duranceau. Touché mais pas coulé, le retour de marche avant et de prendre un maigre à l’avance, par Courcoul-Bertrand. Avantage de courte durée, Grimshaw, l’égalisation à la toute fin de la période.
Fatal extension Ce premier le passage du vestiaire, bureau de change, cependant, au cours de la réunion : le jeu est moins fluide parce que le plus haché par les sanctions, qui tombera en particulier pour les Brestois. Les périodes de supériorité numérique que la région Poitou gérer mal : ils se montrent guère plus dangereux de cinq-sur-cinq. Dans le milieu du voyage et cinglages, Brest gère ajouter encore un but à son total de, rapidement imité par Poitiers. Rien ne change.
Dans le troisième tiers-temps, les Dragons obtenir un peu plus d’une offensive et prendre le jeu à leur compte. C’est transcrite sur le score rapidement, parce que Lateule, servi par Valsaint, permet la mise en Poitou avant (45e). Assez ?
Les Bretons tentent de quitter, mais leur jeu basé sur la contre-offre que peu de possibilités. Poitiers a plus que quelques secondes à tenir. Mais Gonzales crucifier Lancman à la fin du temps réglementaire, de la saisie dans la limite de l’extension. Un coup sur la tête de la section locale.
il commence la période supplémentaire avec de l’ambition. Ils ont même eu l’occasion de tuer le match. Mais c’est sur un nouveau contre que Chatin se termine pour terminer une soirée qui ne sera pas vraiment souri au Poitou. Son lancement n’a pas été suffisamment détourné par Lancman, et le Brestois est nécessaire sur le fil. Poitiers, dans son malheur, quand même un point. C’est toujours mieux que rien?

Post Comment