Dans ce contexte, la fréquentation des principaux monuments franciliens chute fortement (-43,9% au Grand Palais, -34,8% à l’Arc de Triomphe, -16,3% au château de Versailles). Seul point positif: le tourisme d’affaires progresse, lui, de 14,4 points.

Avec 14,9 millions d’arrivées hôtelières sur le premier semestre, la fréquentation touristique de Paris et de l’Ile-de-France est en recul de 6,4% par rapport à un an plus tôt, du fait de la baisse conjointe des clientèles internationale (-9,9%) et française (-3,5%). Le nombre de nuitées recule, lui, de 8,5%. Au total, de janvier à fin juin, les hôteliers franciliens ont accueilli un million de touristes de moins qu’à la même période en 2015.

Un million de touristes en moins

La fréquentation des clientèles japonaises (-46,2%), italiennes (-27,7%) et russes (-35%) s’est effondrée, tandis que le nombre d’Américains et de Chinois, initialement peu affecté, clôture le semestre sur des reculs de 5,7% et 19,6%, entrant dans un « cycle inquiétant de baisse ».

Paris serait-elle en train de perdre son statut de ville « préférée » des touristes ? A en croire les résultats annoncé ce lundi par le Comité régional du tourisme (CRT), il se pourrait bien que oui. Dans un contexte sécuritaire, social et météorologique défavorable, la fréquentation touristique à Paris et en Ile-de-France a connu au premier semestre « une baisse sans précédent » depuis 2010.

Beaucoup moins de touristes japonais

Cette situation « entraine des conséquences économiques inquiétantes » pour les professionnels du tourisme de la région, qui ont subi depuis janvier une perte de 749,7 millions d’euros de chiffre d’affaires, note le CRT, dans une étude qui sera présentée ce mardi à la presse.

Au cours de l’été, les tendances sont restées « les mêmes avec une fréquentation touristique en baisse », indique le CRT, sans fournir de chiffres particulier. Les professionnels se veulent néanmoins optimistes, selon le comité : à moyen terme, 64% tablent sur une amélioration. Pour septembre, 38% jugent « bon » voire « très bon » l’état des réservations, 43% l’estiment « moyen » et 19% « mauvais » ou « très mauvais ».

Point positif : le tourisme d’affaires

« Il est temps de prendre conscience de la catastrophe industrielle que le secteur du tourisme est en train de vivre. L’heure n’est plus aux campagnes de communication, mais bel et bien à la mise en place d’un plan Orsec », déclare Frédéric Valletoux, président du CRT, réclamant à Jean-Marc Ayrault « la tenue immédiate » d’une réunion avec les professionnels du tourisme franciliens.

« L’activité touristique subit un contrecoup sévère dans un contexte peu favorable marqué par les attentats (Paris, Bruxelles, Nice…), les mouvements sociaux ainsi que les inondations. La tenue de l’Euro 2016 n’aura pas permis d’endiguer ce phénomène », souligne le CRT. Le coeur de la région, Paris, a été davantage touché que la grande couronne, avec des nuitées en recul de 11,4%, contre -4,4% dans les autres départements franciliens.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *