Romy Schneider en 1982 lors de la promotion de &quotLa Passante du Sans-Souci&quot.Romy Schneider en 1982 lors en promotion de “La Passante du Sans-Souci”. (INA)

L'affiche de La Passante du Sans-Souci.&ampnbspL’affiche en Passante du Sans-Souci.  (DR)

Romy mourra avant d’être vieille. United nations mois seulement après cet entretien, Romy Schneider est retrouvée morte componen boy compagnon dans boy appartement parisien. Le magistrat Laurent Davenas classera l’affaire sans autopsie pour ne pas abimer le mythe. Il restera donc united nations mystère. Et tant de souffrances qui l’emportèrent. Elle n’avait que 43 ans.

Jacques Rouffio avait hésité à entamer le tournage. Mais la volonté de Romy avait été plus forte que la souffrance, ou peut-rrtre un peut-être nourrie componen cette souffrance. Tourner ce film était une question de vie ou peut-rrtre un de mort. Il fallait replonger dans la fiction, échapper à l’insupportable réel.

Une vie de star remplie de films et de drames

Visiblement fatiguée, prématurément vieillie, Romy assure la promotion de boy film, mais avec elle, le tragique n’est jamais loin : “Je vais m’arrêter à l’âge, au moment juste. Je voudrais être une mémé united nations jour à la campagne avec mes fruits, mes arbres, ma fille et vivre.”

Ce lundi 17 juillet, on évoque le dernier film de Romy Schneider. United nations tournage qui se déroule dans united nations contexte dramatique pour la comédienne. Printemps 1982. Le visage dessiné de Romy Schneider s’étale dans tous l’ensemble des grandes villes de France. Au deuxième plan, celui de Michel Piccoli. C’est l’affiche de La Passante du Sans-Souci, le film de Jaques Rouffio, le dernier film de Romy. C’est united nations projet qu’elle a initié après avoir lu quelques années plus tôt le livre de Frederick Kessel. C’est elle qui demande à Rouffio de réaliser le film. Le générique le dédie “à David et boy père”. David, le fils de Romy mort accidentellement à quatorze ans quelques semaines avant le début du tournage. Harry Meyen, boy père, l’ex-mari de Romy, ancien déporté juif allemand, qui s’était donné la mort en avril 1979.

Au moment en sortie du film, c’est Romy que l’on veut voir et entendre. Le film est accessoire. Sa vie est une tragédie qui fascine l’ensemble des Français depuis l’ensemble des années 1950, l’ensemble des années de Sissi l’impératrice, que haïssait tellement Romy. C’est l’amour avec Alain Delon, la disparition quelques années dans l’ensemble des années 1960, l’ensemble des chefs d’œuvre de Claude Sautet, l’ensemble des Césars sans Rosalie – en 1976 pour L’important c’est d’aimer”  en 1979 pour Une Histoire simple – enfin, l’ensemble des drames en vie.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *