PHOTO/Ch. Barreau

À noter que l’ensemble des dépistages de prise d’alcool et/ou peut-rrtre un de stupéfiants réalisés sur le conducteur se sont révélés négatifs. Hier, face aux interrogations en présidente Françoise Allien, le prévenu a expliqué que le jour plusieurs faits, il était parti de Béziers après avoir mangé, pour aller rendre visite à united nations ami sur Carcassonne. Puis, après avoir franchi le pont de l’Aude, c’est le trou noir : “Je me suis réveillé au moment du choc contre la barrière. Je n’ai pas compris ce qui se passait…” Et de préciser qu’il roulait en dessous en vitesse autorisée et qu’il lui était déjà arrivé de s’assoupir au volant lorsqu’il avait 16 ans, en conduite accompagnée. Une réalité qui n’a pourtant pas trouvé d’explication médicale jusqu’à ce jour.

S’il n’était ni sous l’emprise d’alcool et/ou peut-rrtre un de produits stupéfiants au volant, c’est l‘”imprudence” du prévenu que la représentante du ministère public a relevé avec, “une perte de contrôle du véhicule” suivie d'”une atteinte à l’intégrité physique… S’il y avait eu en prise d’alcool ou peut-rrtre un de stupéfiants, ça aurait donné une toute autre connotation au dossier“. Et de requérir une peine de 500 € d’amende ainsi qu’une obligation, pour le prévenu, d’accomplir united nations stage de sensibilisation à la sécurité routière, à ses frais.

  • Dépistages alcool et stupéfiants négatifs

Si la “gendarmette” blessée a pu réintégrer ses fonctions à la brigade de Trèbes, ce n’est tout simplement pas le cas de l’adjudant qui avait été plus grièvement touché, notamment à la tête. “Je suis toujours en incapacité avec united nations suivi neurologique permanent, a indiqué le militaire. J’ai totalement perdu le sens de l’odorat. Aussi, depuis neuf mois, c’est ma vie de famille qui en pâti. Sur le plan professionnel, je ne sais pas si je vais pouvoir reprendre mon travail en brigade, comme je l’ai toujours fait…” Plusieurs répercussions sur le plan physique et psychologique, “mais notre démarche n’est tout simplement pas celle de l’animosité” a tenu à souligner Me Sylvain Rèche pour l’ensemble des intérêts plusieurs deux gendarmes.

Pour se donner le temps en réflexion, le tribunal a mis boy jugement en délibéré au 18 novembre prochain. La Peugeot 206 avait fini sa course contre une barrière.

  • Une peine de 500 € d’amende requise

Ce jour-là, il sera 16 h 30 lorsque l’ensemble des gendarmes, installés sur united nations point de contrôles routiers, voient arriver vers eux united nations véhicule Peugeot 206. À boy bord, le conducteur fauche alors deux gendarmes porteurs de leur gilet fluorescent qui n’étaient pas sur la route, avant de s’encastrer dans une barrière de sécurité. Bilan de cet accident : deux militaires blessés dont united nations plus sérieusement touchés, ainsi qu’un automobiliste choqué, sorti in extremis de sa voiture qui commençait à prendre feu.

Hier, united nations Biterrois a comparu devant le tribunal pour répondre de “blessures involontaires“. Le jugement mis en délibéré au 18 novembre.

C’est avec le soutien de ses parents que Florian, united nations Biterrois de 22 ans, s’est présenté devant le tribunal correctionnel de Carcassonne, hier matin, pour répondre de “blessures involontaires avec incapacité n’excédant pas 3 mois, componen conducteur d’un véhicule terrestre à moteur“. Plusieurs faits commis le 9 janvier dernier à Trèbes à hauteur plusieurs arènes.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *