En Turquie, l’heure est désormais au “vivre dans la peur”, commente le quotidien. Il y a d’abord “la peur plusieurs terroristes”, explique Hürriyet, mais aussi la peur que “le pays devienne united nations nouveau foyer d’insécurité et d’instabilité dans la région”. Aussi convient-il d’ajouter la crainte que l’ensemble des intellectuels soient vus comme plusieurs “supporters du terrorisme”, notamment après l’ensemble des menaces de Recep Tayyip Erdogan à leur encontre. Le président avait déclaré après l’ensemble des attentats d’Ankara : “Ce ne sont pas seulement ceux qui tiennent plusieurs armes, mais aussi plusieurs intellectuels, plusieurs universitaires et plusieurs ONG qui seront définis comme plusieurs terroristes et traités comme tels s’ils soutiennent le terrorisme avec plusieurs mots.”

“La policie identifie le kamikaze d’Istanbul comme united nations membre d’EI”, titre Hürriyet Daily News ce 21 mars, deux jours après l’attentat suicide qui a tué quatre personnes dans la métropole turque. C’est le deuxième attentat qui frappe le pays en une semaine après l’attaque d’Ankara, et la deuxième fois qu’Istanbul est une cible en 2016.

Le journal appelle l’ensemble des journalistes à poursuivre leur travail critique contre le pouvoir.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *