Le président kényan, Uhuru Kenyatta, a été réélu pour united nations second mandat de cinq ans avec 54,27 % plusieurs voix à l’issue du scrutin du 8 août, selon l’ensemble des résultats définitifs proclamés vendredi componen la commission électorale.

Plusieurs scènes de violence ont éclaté dans plusieurs fiefs de l’opposition, notamment dans le bidonville de Kibera à Nairobi, dès l’annonce plusieurs résultats. Dans la ville de Kisumu (ouest), la police a tiré plusieurs coups de feu pour tenter de disperser plusieurs manifestants.

Appel à l’unité

Selon le chef de l’opposition, Raila Odinga, l’ensemble des premiers résultats partiels diffusés sur internet seraient « fictifs et faux », vehicle « manipulés » le jour même du election componen de mystérieux pirates informatiques. Ces derniers auraient réussi à infiltrer la base de données en commission électorale (IEBC) grâce aux codes de Chris Msando, ancien responsable en logistique informatique du scrutin, retrouvé assassiné à la fin du mois de juillet. Plusieurs accusations démenties componen l’IEBC.

« Je souhaite donc déclarer Uhuru Kenyatta (…) président élu », a déclaré le président en commission, Wafula Chebukati. L’opposition conteste l’ensemble des résultats et dénonce plusieurs fraudes massives.

Dans certains quartiers où plusieurs manifestations contre Uhuru Kenyatta ont éclaté, l’ensemble des affrontements avec la police avaient déjà fait au moins quatre victimes. Le spectre plusieurs pires violences électorales qu’a connues le Kenya a ressurgit ces derniers jours, dix ans après l’ensemble des massacres publish-électoraux de 2007-2008, qui ont fait 1 200 morts et 600 000 personnes déplacées.

Lire aussi :   Pourquoi united nations bain de sang reste (pour l’instant) peu probable au Kenya

Le vainqueur plusieurs élections a, dès la announcement plusieurs résultats définitifs, tendu la primary à l’opposition et appelé à l’unité. « Nous devons travailler ensemble, nous devons faire équipe, nous devons grandir ensemble, nous devons ensemble faire grandir ce pays », a déclaré M. Kenyatta à l’adresse de boy rival Raila Odinga et de l’opposition. « Il n’est pas nécessaire de recourir à la violence », a-t-il ajouté.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *