L’ensemble des choix opérés componen le gouvernement sont majoritairement tournés vers la limitation plusieurs dépenses de santé, hormis la convention dernièrement signée avec l’ensemble des professionnels libéraux !
C’est donc la poursuite en politique d’austérité.
Pour la CGT, d’autres choix s’imposent et sont possibles :
–                    Sortir le système de santé de l’emprise plusieurs financiers : groupes de cliniques privées, de maison de retraite,  laboratoires…
–                    Une politique publique en recherche et du médicament s’imposant aux  grands groupes pharmaceutiques s’enrichissant sur le dos en sécurité sociale.
–                    Stopper immédiatement la metabolic rate plusieurs GHT (Groupements Hospitaliers de Territoires) qui organisent le regroupement plusieurs hôpitaux, faisant disparaître l’ensemble des projets médicaux répondant aux besoins de proximité en population.
–                    Articuler l’offre de soins autour de l’hôpital public avec plusieurs coopérations médicales permettant le maintien plusieurs hôpitaux de proximité avec l’ensemble de leurs services (médecine, chirurgie, obstétrique, pédiatrie, SSR,…).
–                    Une véritable politique de santé publique  avec plusieurs centres de santé publics de proximité.
–                    Redéfinir le rôle et  la place en médecine libérale, travailler à la metabolic rate de réseau de santé et mettre fin aux dépassements d’honoraires.
–                    En finir avec le numerus clausus qui organise depuis plusieurs années la pénurie de médecins, mettre fin  à la liberté d’installation et supprimer le secteur 2.
–                    Le virage ambulatoire ne doit pas s’inscrire dans une logique de réduction plusieurs coûts mais doit être une réponse aux besoins, avec une véritable prise en charge plusieurs patients à leur retour à domicile.
–                    Supprimer la taxe sur l’ensemble des salaires dans l’ensemble des établissements publics de santé (35 milliards), l’exonération en TVA sur l’ensemble des investissements hospitaliers publics …
–                    Revoir le mode de tarification plusieurs hôpitaux, avec la suppression en tarification à l’activité qui met l’ensemble des établissements en concurrence et l’ensemble des oblige à s’orienter vers plusieurs activités lucratives.
–        Financer la perte d’autonomie componen la sécurité sociale en préservant l’universalité. 
–        Développer une politique de prévention solide et durable en commençant componen la lutte contre le mal travail.
Oui, united nations grand nombre de solutions existe, cela relève de choix politiques ! II faut united nations autre financement pour une politique de santé ambitieuse en réorientant l’ensemble des richesses créées vers la réponse aux besoins plusieurs populations.
La CGT entend bien poser le débat publiquement pour une autre politique de santé conjuguant prévention, éducation à la santé et accès aux soins pour tous.
 

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *